Connexion utilisateur

81e du Congrès de l'Acfas

Domaine de recherche 403 - Gestion des organisations

Du lundi 06 mai à 08 h 30 au jeudi 09 mai à 13 h 00.
Responsable
  • Sophie Brière Université Laval
Description

La gestion des organisations fait appel à la contribution de plusieurs disciplines et les sessions présentées dans ce domaine visent à enrichir notre compréhension de l’organisation selon divers angles. Certaines sessions portant sur l’innovation, la gestion du changement et le développement durable abordent l’organisation sous l’angle de l’amélioration des processus et l’implantation de bonnes pratiques. D’autre aborde le marketing et la gestion des parties prenantes afin de présenter une organisation ouverte à son environnement devant répondre aux besoins d’une clientèle en constante mutation. La session portant sur la gouvernance, l’éthique et la gestion des conflits montre les enjeux organisationnels liés aux règles, au pouvoir et aux intérêts des acteurs. Enfin, les sessions portant sur la santé mentale et la gestion du personnel présente une organisation dans sa dimension humaine afin de mieux comprendre l’incidence du travail sur le comportement et le parcours des individus.



Lundi 6 Mai 2013

8 h 30 - 12 h 00
Leadership, gestion du personnel et conciliation vie professionnelle et personnelle
Communications orales
Présidence/animation : Émilie Genin Université de Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 3110
1_rem_
Andrée-Anne Deschênes Université Laval, Catherine Beaudry UQAR - Université du Québec à Rimouski, Josee LAFLAMME UQAR - Université du Québec à Rimouski, Mounir AGUIR UQAR - Université du Québec à Rimouski
Les facteurs régionaux influençant l'attraction des étudiants universitaires dans les organisations situées en région
(Afficher le résumé)

Les pénuries de  personnel qui caractérisent le Québec mènent les employeurs à se préoccuper de leur capacité à attirer une main-d’œuvre qualifiée dans leurs organisations. Cette inquiétude est encore plus importante chez les employeurs des régions dites « périphériques ». La présente recherche a donc pour objectif d’identifier les facteurs déterminants dans le processus d’attraction régionale des futurs travailleurs hautement qualifiés, soit les étudiants universitaires. Plus précisément, un questionnaire auto-administré a été distribué aux étudiants de huit (8) universités francophones québécoises (n=876). Les résultats, obtenus avec des analyses par régression linéaire et des analyses bivariées (ANOVA), démontrent que l’importance de la qualité de vie (offre culturelle et politiques familiales) est liée à l’intention des étudiants universitaires de travailler dans une organisation située en région périphérique. L’hypothèse que la qualité de vie influence l’intention de travailler en région s’avère donc confirmée, alors que celles indiquant que les facteurs économiques et la culture régionale sont en lien avec l’intention de travailler en région s’avèrent infirmées. Par ailleurs, cette étude met en lumière que certaines variables contrôles, telles que la région d’origine, l’université dans laquelle les étudiants sont inscrits ainsi que leur cycle d’étude, sont en relation avec l’intention de travailler en région périphérique.



2_rem_
Chantale Tremblay Université de Sherbrooke, Jacques Joly Université de Sherbrooke, Victor Haines Université de Montréal
Les effets organisationnels du roulement du personnel dans un centre jeunesse du Québec
(Afficher le résumé)

Le roulement du personnel constitue un phénomène préoccupant dans les organisations, notamment dans les services sociaux (Strolin-Goltzman, Kollar & Trinkle, 2010). Il est reconnu qu'un roulement du personnel élevé a de graves conséquences sur le capital humain d'une organisation dû à la perte de connaissances et de contacts sociaux détenus par les employés sortant. Des taux de roulement du personnel aussi élevé que 80% ont été observés dans des services sociaux québécois (Blais, Hélie, Langlais-Cloutier, & Lavergne, 2006; Hélie, Blais, & Bourdages, 2007; Tremblay & Joly, 2009), ce qui n'est pas sans conséquences pour l'organisation. Cette présentation a pour objectif de présenter les effets organisationnels du roulement du personnel dans une direction de réadaptation d'un centre jeunesse du Québec. Les dossiers de plus de 600 filles hébergées dans 15 unités de réadaptation et foyers de groupe ont été analysés en fonction de variables organisationnelles telles que la durée de séjour en centre de réadaptation et la durée de prise en charge. Les résultats d'analyses préliminaires seront présentés lors de la conférence ainsi que l'interprétation de ces données en fonction du contexte organisationnel.

3_rem_
Benoit Lamarche École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM , Julie Cloutier UQAM - Université du Québec à Montréal

L'effet des régimes de primes de rendement sur la satisfaction à l'égard de la rémunération : une question de justice organisationnelle

(Afficher le résumé)

Très répandus dans les entreprises canadiennes, les régimes de primes de rendement consistent à offrir aux employés un montant d’argent forfaitaire en sus de leur salaire et ce, en fonction du niveau de leur rendement. Ces régimes rendent ainsi incertaine une partie de la rémunération et exigent le déploiement d’efforts supplémentaires.

Il a été largement démontré que ces régimes exercent une influence positive sur le rendement des employés. Cependant, la question de la satisfaction à l’égard de la rémunération a été peu explorée. Les résultats des rares études sur le sujet s’avèrent contradictoires et le mécanisme par lequel ces régimes affectent la satisfaction n’a pas été étudié. Cette question se révèle particulièrement importante compte tenu de la grande popularité de ces régimes et de l’importance de la satisfaction à l’égard de la rémunération à titre de déterminant de l’absentéisme et du roulement de personnel.

L’objectif de cette étude consiste à déterminer dans quelle mesure les perceptions de justice des travailleurs à l’égard des régimes de primes de rendement agissent sur leur satisfaction à l’égard de la rémunération.

Suivant un devis de recherche corrélationnel, les données ont été collectées à l’aide d’un questionnaire auto-administré en ligne (plateforme Survey Monkey) auprès de travailleurs provenant de diverses catégories professionnelles et oeuvrant dans différentes organisations. Les résultats obtenus supportent la plupart des hypothèses de recherche.

4_rem_
Alain Héroux UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Leadership et savoir-être : une recherche praxéologique d’exploration réflexive dans et sur l’action avec des gestionnaires québécois en contexte de plein air et d'aventure
(Afficher le résumé)

On sait que le leadership d’un individu repose sur ses savoirs, savoir-faire et savoir-être. Or le savoir-être, dont l’importance est reconnue dans la pratique, a fait l’objet de peu d’études. Dans le cadre de notre doctorat, nous avons élaboré une stratégie de recherche qui consistait à accompagner des gestionnaires dans une démarche d’exploration réflexive sur et dans leur pratique afin de dégager, selon une approche de recherche coopérative de type praxéologique, les principales composantes d’un modèle provisoire d’un savoir-être humaniste lié à la pratique d’un leadership démocratique.

Les fondements méthodologiques de notre recherche sont issus de la science action.  Nous avons d’abord créé une communauté d’apprentissage composée de 8 gestionnaires volontaires. Dans une 1ère phase, par la technique du récit de pratique, nous avons pu favoriser une prise de conscience de leurs théories d’action (souvent tacites). La méthode du cercle de dialogue a ensuite permis de partager ce savoir pratiqué et d’en extraire les composantes d’un savoir-être. Pour la 2ème phase, nous sommes allés valider ce modèle préliminaire par une démarche de réflexion dans et sur l’action en contexte de plein air et d’aventure, en créant un laboratoire de relations humaines en îlot culturel par une expédition en kayak de mer. Au terme de cette démarche d’une année avec notre communauté d’apprentissage, nous avons pu réaliser la co-construction d’un modèle du savoir-être humaniste issu de la pratique. 

5_rem_
Nancy Côté École nationale d'administration publique, Nadine Bolduc À déterminer, Audrey DUCHESNE CIUSSS Capitale-Nationale
Comprendre le roulement du personnel comme un processus à partir de l'approche des parcours de vie
(Afficher le résumé)

Depuis quelques années, nombreuses sont les études qui font état d’un problème important de roulement au sein de la main-d’œuvre infirmière, et ce, dans plusieurs pays occidentaux. L’étude qui a été menée visait à  mieux comprendre pourquoi autant d’infirmières et d’infirmières auxiliaires quittent leur emploi. Une analyse de l’ensemble des processus qui les a menées à  la décision de quitter leur emploi, autant ceux liés au travail et qu’à  la vie hors travail, a été effectuée. Cette étude, qui comportait un devis mixte, a été menée dans le centre de santé et de services sociaux qui présentait le taux de roulement le plus élevé dans la région de Québec. Une analyse des fichiers administratifs du personnel infirmier en emploi entre avril 2005 et mars 2009 a été effectuée (n=1586), ainsi que des entrevues individuelles semi-dirigées (n=26). Le volet quantitatif de la recherche a permis de mieux cerner à  quel moment survenaient les départs et d’établir un continuum de départ qui s’échelonne sur 5 ans. Le volet qualitatif de la recherche a pour sa part permis d’établir deux profils de départ et d’en dégager
les caractéristiques. L’identification de deux principaux profils de départ a permis de mettre en évidence la nécessité pour les organisations de développer des mesures de rétention et de fidélisation qui vont à  la fois agir à court terme, pour retenir celles qui quittent rapidement, et à plus long terme, pour retenir celles susceptibles de quitter après quelques années.

6_rem_
Jamal Ben mansour École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM , Jamal Ben mansour École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM , Kathleen Bentein UQAM - Université du Québec à Montréal

L’expérience de l’incertitude au travail, état de l’art, critique et perspectives de recherche : vers un modèle d’analyse intégrateur?

(Afficher le résumé)

Les exigences de compétitivité et de flexibilité font aujourd’hui partie de la réalité de toutes les organisations. Elles imposent des changements radicaux qui introduisent de nouveaux éléments d’incertitude dans la sphère collective, mais aussi individuelle. L’analyse de ces incertitudes a souvent été menée au niveau macro, c’est-à-dire en se centrant sur les actions d’anticipation ou de réaction de l’organisation comme entité collective face aux menaces de l’environnement externe. Mais, on en sait beaucoup moins sur la façon dont l’individu appréhende l’incertitude dans le quotidien de son travail. Sur la base de cette problématique, la présente communication propose une réflexion théorique basée sur une analyse de la littérature sur le concept d’incertitude au travail, au niveau individuel. Notre objectif est de proposer un modèle intégrateur de l’incertitude individuelle en milieu de travail. Pour ce faire, nous clarifierons d’abord les ambiguïtés étymologiques entourant l’incertitude, ce qui nous aidera à bâtir une typologie des incertitudes. Dans un second temps, nous exposerons les facteurs expliquant la variabilité de l’expérience d’incertitude tels que les caractéristiques du contexte, les prédispositions individuelles, les processus cognitifs individuels, les attentes sociales, etc. Ensuite, nous discuterons les mécanismes individuels de gestion de l’incertitude ainsi que leurs substituts. Nous terminerons sur les avenues d’opérationnalisation du modèle proposé.

7_rem_
Émilie Genin Université de Montréal
Les cadres et professionnels québécois face au débordement du travail sur la vie personnelle
(Afficher le résumé)

Avec les technologies mobiles, il est possible de travailler n’importe où, n’importe quand. Nombreux sont ceux à s’inquiéter des effets néfastes d’un envahissement excessif du travail sur la vie personnelle. Pourtant, l’usage des technologies mobiles peut avoir des conséquences ambivalentes sur les emplois du temps, permettant de nouvelles possibilités d’émancipation à ceux désireux d’avoir plus de flexibilité dans l’organisation de leur travail.

Si les frontières entre la vie professionnelle et la vie personnelle se brouillent de plus en plus, encore peu de recherches se sont penchées sur l’ampleur de ce phénomène et sur ses causes au Québec. Cette communication cherche donc à répondre à la question suivante : pourquoi laisse-t-on empiéter son travail sur sa vie personnelle ?

Pour y répondre, nous avons mené une vingtaine d’entrevues semi-dirigées auprès de cadres et professionnels québécois œuvrant dans cinq secteurs différents. Nos résultats, bien qu’encore exploratoires, font ressortir certaines causes du débordement du travail sur la vie personnelle et mettent aussi en lumière la dualité des attitudes face à ce phénomène. La plupart des répondants se méfient d’un envahissement incontrôlé du travail dans leur vie personnelle, voire développent des stratégies de contournement. D’un autre côté, ils souhaiteraient profiter pleinement des possibilités offertes par les nouvelles technologies mais se heurtent souvent à des contraintes organisationnelles.

9 h 00 - 12 h 00
Marketing, service à la clientèle et gestion des parties prenantes  
Communications orales
Présidence/animation : Damien Hallegatte UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0224
1_rem_
Damien Hallegatte UQAC - Université du Québec à Chicoutimi

Le rétro-marketing dans la musique populaire

(Afficher le résumé)

Le rétromarketing est une stratégie courante dans de
nombreuses catégories de produits, mais qui a fait l’objet de très peu
d’attention dans la littérature. En particulier, quasiment aucune connaissance
utile d’un point de vue managérial n’a été produite. Bien que l’on observe que
les produits rétro sont au goût du jour, les réponses des consommateurs au
mélange de passé et de présent n’ont jamais été explorées empiriquement. Par
ailleurs, la littérature n’offre aucun élément empirique sur les raisons de l’attrait
de ces produits associés au passé. Pour combler ces deux lacunes, nous avons
réalisé quatre groupes de discussion, réunissant 30 participants au total, ayant
comme contexte le concert de musique populaire. Les données suggèrent que le
succès retentissant du rétromarketing dans la musique populaire s’explique
notamment par une croyance au déclin spécifique à la musique populaire, doublée
d’une nostalgie assumée, et partagée par les jeunes, pour une époque fortement
– et parfois consciemment – idéalisée : les décennies 1960 et 1970. Par
ailleurs, les consommateurs montrent des préférences fortes, différenciées par
attribut et largement consensuelles en ce qui concerne le mélange de passé et
de présent dans un concert de musique populaire rétro. Néanmoins, certaines
contradictions et motivations ambiguës sont apparues. Nonobstant ce dernier
point, nos résultats suggèrent que le dosage de passé et de présent est un
élément crucial du rétromarketing.

2_rem_
Vincent Gagné Université de Sherbrooke, Sylvie Berthelot Université de Sherbrooke
Portrait de la gestion des parties prenantes par les entreprises canadiennes
(Afficher le résumé)

Le développement durable est une conception élargie de l’intérêt publique dans laquelle les dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement sont prises en compte. À l’échelle des entreprises, le développement durable peut se concrétiser par des initiatives concrètes et spécifiques dans l’une de ces dimensions ou encore par l’intégration de cette perspective de développement dans les valeurs et les pratiques d’affaires de ces dernières. En outre, cette intégration ne peut se faire sans que les entreprises consultent leurs parties prenantes. Compte tenu du caractère relativement récent de ces nouvelles pratiques de gestion, les travaux antérieurs sont par ailleurs peu nombreux sur le sujet. La présente étude a pour objectif de pallier à ce vide en documentant les pratiques de consultation des parties prenantes des grandes entreprises canadiennes, et ce, tel que présenté dans les rapports de développement durable publiés par celles-ci. Les résultats des analyses tendent à démontrer que leurs pratiques sont variées non seulement d’une entreprise à l’autre, mais aussi selon le type de parties prenantes consultées. La documentation de l’éventail de ces pratiques peut servir de référence à toutes entreprises désireuses de s’engager dans une perspective de développement durable ainsi qu’aux différents intervenants, tel que certaines agences gouvernementales fédérale et provinciale, soutenant l’engagement de celles-ci dans le développement durable.



3_rem_
Claudine Ouellet Université Laval, Pierre Valois Université Laval, Pierre Beaudoin Université Laval
Diagnostiquer le niveau d’orientation-client des organisations : défis et perspectives de recherches futures
(Afficher le résumé)

En marketing, l’orientation-client (OC) demeure un construit dont la définition et la mesure ne font pas consensus au sein de la communauté scientifique, donnant ainsi lieu à de multiples définitions et de nombreuses échelles de mesure. En effet, les efforts en recherche n’ont pas tous convergé vers la même conceptualisation de l’OC et, malgré une somme considérable d’études à ce jour, plusieurs questions restent en suspens. Dans le cadre d’une étude visant à élaborer une nouvelle échelle de mesure de l’OC, une recension des écrits ainsi qu’une validation empirique de l’instrument auprès de gestionnaires québécois ont permis d’identifier les écarts théoriques limitant une compréhension commune de l’OC. L’objectif principal de cette communication est donc de proposer des pistes de recherche futures au regard de l’OC. Pour ce faire, deux volets seront présentés. Tout d’abord, il sera question des résultats obtenus lors de l’évaluation des qualités psychométriques de l’instrument diagnostic élaboré. Ce volet permettra, à partir d’un cas concret d’étude empirique, de mieux comprendre les défis que présente la mesure de ce concept. Puis, sur la base de ces résultats, des pistes de solution seront proposées afin d’aider les chercheurs à mieux circonscrire encore le construit de l’OC et, éventuellement, en permettre son diagnostic.

4_rem_
Hélène Fournier UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières, Catherine Parissier Université de Sherbrooke
Les méthodes émergentes de collecte de données qualitatives en ligne par entrevues: bilan et perspectives
(Afficher le résumé)

En recherche qualitative, les méthodes de collecte et d’analyse des données ont une influence considérable sur la qualité des résultats produits. La popularité grandissante des médias sociaux, des communautés virtuelles, des forums de discussion, comme lieux d’échanges ou de confrontation spontanés de points de vue entre personnes, soulève désormais des interrogations chez les chercheurs qualitatifs. Ces méthodes émergentes ouvrent en effet de nouvelles perspectives : elles permettent d’accéder à un corpus important de données « in vivo » et elles ouvrent la voie à la mise en place de groupes de discussion ou d’entrevues en ligne selon des protocoles novateurs. Bien que de plus en plus utilisées, ces nouvelles approches méthodologiques demeurent méconnues. En nous basant sur la littérature scientifique disponible et sur des expériences réelles d’utilisation de ces nouvelles approches par des chercheurs, cette communication présente un bilan de l’usage de ces méthodes, puis une analyse descriptive et critique des raisons sous-jacentes à ces usages, des bénéfices et inconvénients perçus qui leur sont liés. Suite à la revue de littérature, et s’inscrivant dans une approche interprétative, notre recherche se fonde sur l’analyse en profondeur des témoignages d’une dizaine personnes ayant utilisé ces dispositifs. Notre communication se conclut par une discussion sur les perspectives de développement de ces méthodes émergentes et sur les avantages et limites de leur utilisation.

5_rem_
Fatima Zahra Barrane Université Laval, Diane Poulin, Égide Karuranga À déterminer

Conception des nouveaux produits : comment gérer la collaboration avec les différentes parties prenantes?

(Afficher le résumé)

La gestion de la collaboration, avec l’ensemble des parties prenantes, constitue un levier stratégique pour la réussite des nouveaux produits. Le rôle du gestionnaire n’est pas seulement de coordonner la contribution des différents acteurs, mais de les inciter à mettre en avant leurs efforts dans un effort commun pour créer de la valeur. L’objectif de cette recherche est d’identifier certaines stratégies clés de la gestion de l’intégration simultanée des fournisseurs, clients, équipes inter-fonctionnelles, gouvernement, groupes sociaux, universités et centres de recherche, dans la conception des nouveaux produits. De la revue de littérature, nous avons développé un cadre conceptuel basé sur quatre propositions de recherche : implication des partenaires dès les premiers stades de conception des nouveaux produits, bonne sélection des partenaires, développement des relations de long terme, et finalement, transparence et faisabilité du projet. Ce sont des stratégies clés qui, à travers la stimulation de la communication, l’engagement et la confiance mutuelle entre les différentes parties, mènent vers une collaboration réussie. Quinze entrevues semi-dirigées ont été effectuées avec des dirigeants du secteur forestier. Nous avons validé notre cadre conceptuel et nos propositions de recherche. En plus, des nouvelles stratégies clés ont été révélées. Cette étude appuie la théorie des parties prenantes. Aussi, elle aidera les gestionnaires à mieux cibler des stratégies gagnantes. 

6_rem_
Anne-Marie Germain UQAM - Université du Québec à Montréal, Serge Carrier École des Sciences de la Gestion (ESG) - UQAM
Les comportements d’achats et le cycle de vie des ménages canadiens
(Afficher le résumé)

En 1966, Wells et Gubar présentaient un modèle du cycle de vie de la famille qui allait devenir la référence en marketing pour tenter d’expliquer les comportements d’achats des consommateurs en fonction du stade de vie des familles. Dans les années 1980 et 1990, des auteurs arguant que ce modèle, ne tenant compte que des familles traditionnelles, n’était plus représentatif de la population suite aux changements sociodémographiques. Murphy et Staples (1979) ont proposé un modèle incluant les personnes divorcées et Gilly et Enis (1982) ont intégré les familles monoparentales. Aucun de ces modèles toutefois ne représentait bien l’ensemble de la population. Depuis les années 2000, aucun modèle cherchant à intégrer tous les types de ménages n’a été proposé.

Notre recherche, basée sur l’Enquête sur les habitudes de dépenses des ménages de Statistique Canada (2009), nous permet d’en arriver à un modèle du cycle de vie de la famille qui non seulement couvre l’ensemble de la population canadienne, mais qui est suffisamment parcimonieux pour constituer un outil efficace de segmentation en marketing. En plus d’ajouter à la littérature existante en offrant un nouveau modèle du cycle de vie de la famille, cette recherche vient offrir des pistes de stratégies marketing à adopter pour mieux cibler les différents types de ménages canadiens.

9 h 00 - 12 h 00
Stratégies et performances au sein des entreprises  
Communications orales
Présidence/animation : Lise Plourde UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 1439
1_rem_
Ayoub MOUSTAKBAL UQAM - Université du Québec à Montréal

La disparition des entreprises canadiennes de biotechnologie et les transactions de fusion et d'acquisition

(Afficher le résumé)

Les voix ne cessent de s’élever au sujet des sorties des entreprises de biotechnologie et des résultats économiques décevants comparativement aux attentes (Pisano, 2006 ; Niosi, 2011). Cependant nous avons constaté qu’après trois décennies rares sont les recherches scientifiques qui ont étudiées le phénomène de disparition des entreprises dédiées à la biotechnologie (EDB). Dès lors nous avons élaboré la présente thèse dans l’objectif d’évaluer l’ampleur de ce phénomène ainsi que les différentes formes de disparition. De même, nous avons essayé de déterminer les facteurs expliquant ces disparitions. 

Nous avons mené une étude longitudinale sur un échantillon composé de plus de 500 EDB ayant fonctionné entre 1996 et 2010. Les résultats obtenus révèlent que les transactions de fusion et acquisition (F&A) représentent une part surprenante parmi les différents sentiers de disparition (ex : les faillites économiques et les changements de nom).

Concernant les facteurs explicatifs, les tests statistiques révèlent que les EDB ayant eu le support des sociétés de capital de risque avaient plus de chance de disparaître dans le cadre des F&A. De plus, les alliances stratégiques dédiées à l’exploitation ainsi que l’implantation géographique dans les grandes villes canadiennes (ex : Montréal, Toronto et Vancouver) facilitent la disparition des EDB à travers les F&A. Il faut noter par ailleurs que ni l’âge ni la taille des EDB ne font la différence dans les F&A des EDB.

2_rem_
Siham Abouaissa Université Laval

La perception de la fin de carrière chez les travailleurs vieillissants dans le secteur du commerce du détail: une comparaison France-Québec

(Afficher le résumé)

Le vieillissement de la main-d’œuvre en France comme au Québec constitue une tendance lourde avec laquelle les deux sociétés vont devoir composer. Les décennies d’exclusion des travailleurs vieillissants du marché du travail et certaines représentations négatives des employeurs vis-à-vis de cette main-d’œuvre se reflètent dans le comportement de ces derniers face à la retraite et au prolongement de la vie professionnelle. En France, la majorité des travailleurs vieillissants aspirent à une retraite précoce tandis qu’au Québec, cette tendance est beaucoup moins prononcée. Toutefois, d’autres facteurs (ex. la précarité financière) entrent en ligne de compte dans la décision de maintien ou de retrait du marché du travail. Cette présentation a pour objectif de déceler l’impact des politiques publiques d’emploi et de retraite et des représentations des employeurs sur la perception de la fin de carrière et sur la décision de maintien en emploi des salariés vieillissants. En s’appuyant sur la théorie de la régulation sociale et sur l’analyse sociétale et en utilisant la méthode de l’étude de cas multiple, cette recherche conclut que la décision de maintien en emploi des travailleurs vieillissants français et québécois est tributaire des régulations qui régissent le niveau sociétal et le niveau de l’entreprise, mais aussi des discours qui prévalent en matière de vieillissement dans l’emploi dans les deux pays.

3_rem_
Lise Plourde UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Thierry Gagnon UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Louis Dussault, Alexandre Lavoie UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Yves Lachance UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Karine Bergeron
Stratégies des PME en contexte de turbulence (2007-2010) : cas des 39 PME de la ville de Sept-Îles
(Afficher le résumé)

L’étude qui a été menée  a été réalisée auprès de 39 entreprises de la ville de Sept-Îles à l’aide d’un questionnaire « en ligne » contenant 141 questions. L’objectif de l’étude était d’identifier les comportements stratégiques et opérationnels des entrepreneurs en contexte de turbulence économique.

Deux tendances prédominent en période de turbulence (favorable ou défavorable). La première tendance réside dans l’inertie. Effectivement, dans un contexte de turbulence, certaines circonstances font en sorte que les entreprises réagissent de façon passive. Elles se laissent guider par l’environnement sans vraiment poser d’actions concrètes pour s’adapter au contexte en question. À l’inverse, d’autres firmes entreprennent des interventions significatives, de manière à mieux performer face aux changements de l’environnement externe (Kitching et al., 2009).

 Les résultats obtenus nous indiquent que le contexte de turbulence favorable a influencé positivement les entreprises interrogées. Les entrepreneurs dirigeants de l’échantillon estiment que la période 2007-2010 a été favorable au développement de leur entreprise. En effet, ces dernières ont enregistré de meilleures performances (chiffre d’affaires, nombre d’employés, rendement, liquidités, endettement, productivité). On remarque également que la variation du volume d’affaires pousse les entrepreneurs à adopter des comportements de gestion, principalement, sur les aspects des ressources humaines et des opérations.

4_rem_
Catherine Aubry ESCEM, Dominique Wolff École de management Paris Tours Poitiers

Le repreneuriat, un marché cloisonné : le cas français

(Afficher le résumé)

La logique de repreneuriat se heurte à des difficultés renvoyant à des problématiques institutionnelles, économiques et managériales diverses et à des interrelations complexes entre les différents acteurs (Barbier, Calvez, 2006). Par ailleurs, du point de vue opérationnel, il apparait que, sur le territoire français notamment, les problématiques liées à la transmission d’entreprises donnent lieu au développement d’un marché « caché », source d’insatisfaction aussi bien du côté de l’offre que du côté de la demande.

Dans cette contribution, nous montrerons dans une première partie le potentiel économique du domaine, ce qui nous amènera à définir les contours de ce marché sous-optimal du point de vue des principaux protagonistes. Dans une seconde partie, nous présenterons les résultats d’une enquête exploratoire ayant pour objet d’une part, de comprendre les raisons de cette forme de réticence, de la part des cédants, à divulguer largement leur souhait de quitter la vie professionnelle et d’autre part, d’identifier le profil et les motivations des repreneurs. Enfin, dans une dernière partie, nous proposerons une typologie des comportements sur la base de laquelle nous travaillerons afin de proposer des réponses susceptibles de lever les freins aux processus de reprise, de sorte que la transmission de l’outil productif soit plus facilement envisagée en France.

5_rem_
Lama DAHER Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), Erwan Le Saout

Les véhicules d’investissement en microfinance : analyse de la composition et de la performance

(Afficher le résumé)

Conséquences d’une exposition plus importante – l’ONU a déclaré l’année 2005 l’année internationale du microcrédit tandis que l’année 2006 voyait la Comité Nobel récompenser Muhammad Yunus, surnommé le banquier des pauvres, récipiendaire du prix Nobel de la Paix – et de performances financières alléchantes, le marché de la microfinance a entamé sa mue au cours de ces dernières années. Devant l’afflux de capitaux, sont apparues des filiales de banques traditionnelles spécialisées en microfinance et des fonds communs de placement.

Cet article a pour objet d’analyser la composition des véhicules d’investissement en microfinance, i.e. la part investie dans des institutions de microfinance et la zone géographique d’investissement, ainsi que la performance financière de ces fonds. Nous concluons par la mise en exergue du possible rôle de diversificateur des investissements en microfinance.

6_rem_
Alexandre Lavoie UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Louis Dussault, Lise Plourde, Yves Lachance, Thierry Gagnon, Karine Bergeron

Les stratégies des PME du Saguenay-Lac-Saint-Jean en contexte de turbulence

(Afficher le résumé)

L’étude qui a été menée porte sur les stratégies des PME en contexte de turbulence. Elle a été réalisée auprès de 98 entreprises de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’objectif était d’identifier les comportements stratégiques et opérationnels des entrepreneurs en contexte de turbulence économique (2007-2010) en rapport aux résultats obtenus. L'enquête a été réalisée sous forme de questionnaire en ligne, comportant 141 questions.

La littérature nous indique qu’il existe deux tendances prédominantes en période de turbulence. La première tendance réside dans l’inertie. À l’inverse, l’autre tendance se traduit par des interventions significatives. Cette dernière tendance se décline toutefois en deux orientations : d’une part, des changements stratégiques mineurs, d’autre part, une réforme fondamentale du modèle d’affaires (Kitching et al. 2009).

Les résultats obtenus nous indiquent que le contexte de turbulence défavorable a influencé différemment les entreprises interrogées en termes de comportement de gestion et de performance financière. Les répondants estiment que la période a été légèrement défavorable au développement de leur entreprise. Toutefois, certaines entreprises ont bien performé alors que d’autres ont eu davantage de difficulté à composer avec l’environnement externe.

L'étude permettra, entre autres, d'orienter les entrepreneurs dans leur prise de décision, en contexte de turbulence économique quant aux comportements de gestion les plus adéquats.

13 h 00 - 16 h 30
Gestion de projets, approvisionnement et développement durable  
Communications orales
Présidence/animation : Éric Jean UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 1439
1_rem_
Eugenia Iurcu UQO - Université du Québec en Outaouais, Jacques-bernard Gauthier UQO - Université du Québec en Outaouais
L’hypermodernité et les connaissances et pratiques en gestion de projet : analyse documentaire du Project Management Body of Knowlege (PMBoK)
(Afficher le résumé)

L’hypermodernité et les connaissances et pratiques en gestion de projet : analyse documentaire du Project Management Body of Knowlege (PMBoK).

Eugenia Iurcu et Jacques-Bernard Gauthier

Les tenants de l’approche critique en gestion de projet (Making Project Critical) s’en prennent au caractère moderne de la gestion de projet (approche mécanique, instrumentale et normative) en ciblant plus particulièrement le Project Management Institute (PMI) et son ouvrage phare le Project Management Body of Knowlege (PMBoK) – référentiel sur les bonnes pratiques de la gestion de projet.  Une série de monde sociétaux ont succédé à la modernité.  Certains auteurs présentent l’idéal-type hypermoderne comme le dernier en liste des mondes sociétaux.  Si le caractère moderne est abondamment dénoncé par les tenants de l’approche critique en gestion de projet, est-ce dire que le PMI demeure un château fort moderne et résiste à l’hypermodernité ?   Est-ce dire que le PMBOK, quoique modifié tous les quatre ans, demeure structuré autour de principes modernes ignorant du même coups ceux constitutifs de l’idéal-type hypermoderne ? Notre communication présente les résultats d’une analyse documentaire de la dernière édition du PMBoK dans le but de faire ressortir les connaissances et les pratiques de la gestion de projet façonnées par les principes de l’hypermodernité.  À partir de là seront esquissées quelques-unes des grandes conditions à la gestion de projet hypermoderne.

2_rem_
Juan Francisco Núñez Université de Sherbrooke, Sylvie Berthelot Université de Sherbrooke
La gestion durable de la chaîne d’approvisionnement : revue des travaux antérieurs et proposition d’un modèle intégrateur
(Afficher le résumé)

Cette communication a pour objectif de dresser un portrait sur l’état actuel des connaissances au sujet de la gestion durable de la chaîne d’approvisionnement (Sustainable Supply Chain Management - SSCM). Nous avons effectué une recension de travaux réalisés au cours des dix-sept dernières années. Notre analyse fait ressortir trois dimensions s’articulant autour de la SSCM : la dimension économique (Supply Chain Management), la dimension environnementale (Green Supply Chain Management) et la dimension sociale (Purchasig Social Responsibility). L’étude offre également un réarrangement de plusieurs notions trouvées dans la littérature que nous intégrons dans l’espace d’un modèle conceptuel. Cette communication s’avère intéressante pour les chercheurs et pour les praticiens du management logistique puisqu’elle offre une vue condensée de l’évolution de la gestion de la chaîne d’approvisionnement sous la perspective du développement durable. Les arrière-plans théoriques ainsi que les principales méthodologies employées pour analyser cette pratique sont aussi identifiés.

3_rem_
Véronique St-Michel HEC Montréal, Hélène Giroux
Les pratiques de gestion des services alimentaires des Centres de la Petite Enfance au Québec
(Afficher le résumé)

Objectifs:Description des caractéristiques,pratiques de gestion(prévision,menus,production,service,gestion des stocks et surplus) et causes de surplus alimentaires.Méthodologie:Recherche exploratoire descriptive,12 entrevues semi-structurées,questionnaire auto-administré,analyse statistique.Résultats:Portrait descriptif:1/5 des cuisinières sans formation,+10 ans d’expérience,1/4 gestionnaires sans formation en gestion,+5 ans d'ancienneté,peu informatisé,nombreux sans politique alimentaire.Variables significatives:région,type,taille,expérience et formation cuisinière,expérience et formation DG,politique alimentaire.Pratiques de gestion peu formalisées.Surplus:1)Matières premières:rare,petite proportion.Causes:difficulté prévision demande,commande trop,mauvaise planification des achats.Variables significatives:menu,approvisionnement,gestion des stocks.2)Quantités préparées:régulier, proportion plus grande.Causes:variations aléatoires de l’appétit,nouveauté au menu, difficulté prévision de la demande,trop de production.Variables significatives:recettes standardisées et respect,répétition d’un menu peu apprécié.3)Assiettes:les plus fréquemment observés,plus grandes proportions.Causes:nouveauté au menu,variations aléatoires de l’appétit,aliments non appréciés.Variables significatives:service des portions.Contribution:1)théorique;2)pratique; réflexion,statistiques descriptives(comparaison),liens statistiques(opportunités d’amélioration),outil d’évaluation du service alimentaire.

4_rem_
Muriel DUFOUR UQO - Université du Québec en Outaouais
La coordination des transferts de ressources dans et entre les grandes ONG internationales durant les opérations d'urgence suivant un désastre
(Afficher le résumé)

L’ampleur des dommages suites aux catastrophes
naturelles rend nécessaire une coordination efficace des opérations d’urgence[1]
et notamment des transferts de ressources au niveau des ONG.

Peu de travail théorique et empirique a été fait pour
identifier les processus et les mécanismes de coordination entre les ONG au
niveau des ressources durant les opérations d’urgence. Cette recherche
exploratoire a pour but d’identifier et de comparer les processus et les
mécanismes de coordination utilisés par les grandes ONG au niveau des
ressources et d’évaluer si certains processus sont plus susceptibles que
d’autres de favoriser la coordination des ressources entre les organisations.
Suite à 30 entrevues faites en profondeur auprès de gestionnaires d’urgence et de
logisticiens de grandes ONG internationales, les résultats préliminaires
montrent que certains facteurs affectent les processus et les mécanismes de
coordination au niveau des ressources, entre autres le contexte, la
philosophie, la mission, les donateurs, la capacité et la structure. De plus, certains
processus influent sur la nature de la coordination (partenariats locaux,
nationaux ou internationaux), sur son degré (d’un simple partage des informations
à une mutualisation des ressources) et sur le niveau de coordination des ONG (d’une
coordination opérationnelle ad hoc sur le terrain à une coordination stratégique).

[1]Bui, Cho, Sankaran et Sovereign, 2000; Granot, 1999; McEntire,
2002; Moore, Eng et Daniel, 2003)

5_rem_
Doufene Zoutene UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Julien Bousquet UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Christophe Leyrie UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Eric Castonguay

Étude exploratoire des compétences des chargés de projet dans les entreprises de génie conseil

(Afficher le résumé)

Dans un environnement complexe et incertain qu´est celui des entreprises aujourd´hui, les projets constituent la pierre angulaire de toute action stratégique, économique ou managériale (Courtot, 1998). Or la performance des projets passe par une implication très exigeante des acteurs, généralement très qualifiés, quelles que soient la forme d’organisation et les procédures de gestion en place (Garel et al., 2005). En d´autres termes, la performance des entreprises passe par le succès des projets, succès qui est lui-même tributaire des compétences des chargés de projet et des équipes de projet. Dès lors, la problématique des compétences en gestion de projet devient un enjeu important aussi bien pour les entreprises que pour la recherche (Loufrani-Fedida, 2008).

Si ces dernières années la littérature a été de plus en plus prolifique sur les compétences, peu de chercheurs se sont penchés sur les compétences des chargés de projet dans les entreprises de génie-conseil. En considération de l´importance des projets dans cette catégorie d´entreprises, nous nous sommes intéressés, à travers une étude exploratoire, aux compétences des chargés de projet dans ce secteur. L´objectif de cette recherche quantitative était d´identifier les compétences ou familles de compétences à fort impact sur la performance des projets. Les résultats obtenus feront l´objet de notre communication.

6_rem_
Dominique Wolff École de management Paris Tours Poitiers, Hatem HAMOUDA À déterminer

Compétitivité et développement durable : le cas de PME tunisiennes

(Afficher le résumé)

Dans cette contribution, deux conclusions principales seront mises en avant. D’une part, il ressort des travaux menés que de nouveaux comportements, concernant la manière de prendre en compte le DD dans les modèles de gestion, sont apparus ces dernières années en Tunisie. D’autre part, nous montrerons que cette prise en compte du DD dans les modèles de gestion, par les entreprises,  représente un avantage comparatif décisif pour ces dernières que ce soit sur le marché intérieur ou à l’exportation. Cette situation est illustrée par l’étude de cas d’entreprises tunisiennes du secteur de la chimie, soumises à de fortes pressions de la part de leurs principales parties prenantes.

Ces dernières années, le comportement des entreprises face aux questions de développement durable a fortement évolué dans le monde occidental. Il semble que ce concept soit de plus en plus systématiquement intégré au management des grands groupes et que cette nouvelle réalité se diffuse très rapidement dans le tissu économique passant d’une part, des grandes compagnies aux plus petites  - les PME – et d’autre part, des pays les plus riches vers les pays émergents ou en voie de le devenir.

L’article qui sera présenté a pour objet de montrer que le concept de développement durable appliqué à la gestion est également un sujet de réflexion pour les petites et moyennes entreprises tunisiennes.

7_rem_
Éric Jean UQAC - Université du Québec à Chicoutimi, Christophe Leyrie UQAC - Université du Québec à Chicoutimi

La résolution politique de problème en contexte de projet

(Afficher le résumé)

Les projets sont aujourd’hui reconnus comme des phénomènes complexes au sein desquels les intérêts d’acteurs divers, mais interdépendants se confrontent dans la perspective d’objectifs et de contraintes plus ou moins clairement définis. Cette situation, source d’incertitude, fait appel à la capacité des acteurs projet, dont les gestionnaires, à trouver des solutions à de nombreux problèmes souvent inédits et ambigus (Li, Yang, Klein, & Chen, 2011). Dans la perspective des conceptualisations actuelles du succès des projets, ces solutions doivent contribuer à l’atteinte des objectifs du projet, mais doivent aussi permettre la satisfaction du plus grand nombre d’acteurs impliqués, revêtant en cela une dimension politique (Pinto, 2000). Ce constat pose donc la question d’une résolution politique des problèmes et interpelle de fait la recherche sur les compétences de résolution de problèmes et sur les compétences politiques.

Dans cette perspective, la communication se propose de présenter les premiers résultats d’une analyse exploratoire croisée de la littérature scientifique en matière de résolution de problème, de compétence politique et de gestion de projet. Ces résultats démontrent globalement le caractère original de cette perspective de recherche et soutiennent en particulier la pertinence de l’hypothèse d’une compétence de résolution politique de problèmes à multi niveaux. Les prochaines étapes d’une démarche en cours basée sur cette hypothèse seront aussi présentées. 

13 h 00 - 17 h 30
Gouvernance, éthique et gestion des conflits  
Communications orales
Présidence/animation : Marie-Claire Belleau Université Laval
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 1289
1_rem_
Normand Gilbert Université de Sherbrooke
Le Modèle Planetree, un exemple d'éthique organisationnelle
(Afficher le résumé)

Notre monde du travail est en souffrance. Dans beaucoup d'organisations, le système économique, lié à la pensée unique, fait en sorte que les objectifs de performance, de rendement, d'efficience et de maximisation du profit ont conduit à instrumentaliser le travail.

Dans le même temps, la personne dans son désir, naturel, de la vie bonne et de la recherche du bien, a beau être à bout de souffle, elle n'en demeure pas moins en recherche de sens. Elle se retrouve devant, une tension de base : être reconnu comme personne, comme sujet et non comme objet.

Les organisations de la santé n'y échappent pas et, à la pression instrumentale, s'ajoutent les conflits de valeurs. À la question simple : qui est donc le client de l'infirmière? Le patient ou l'administration? Nous voyons, ici, émerger des conflits de valeurs, chez la même personne, pouvant toucher les éthiques personnelle, professionnelle et organisationnelle.

Cependant, tout n'est pas sombre. Nous nous servirons d'une organisation de notre système de santé, le Centre de Réhabilitation de l'Estrie qui, à l'aide du modèle Planetree, semble être en mesure de répondre aux besoins de sens des personnes en réussissant à les rassembler autour de leur valeur centrale : «soigner avec humanité». Nous validerons nos résultats en nous servant d'une recherche récente (2009): «Contraintes à l'œuvre et sujets à l'épreuve. La détresse psychologique au travail montre des sujets en quête de rapports sociaux renouvelés par le dialogue»

2_rem_
Olivier Guern Université de Sherbrooke, Abdelaziz Rhnima Université de Sherbrooke
Étude exploratoire du profil différencié de compétences voulues pour réussir le mode de gouvernance médico-clinico-administrative d’un programme-clientèle au CHUS
(Afficher le résumé)

Dans le but
d’améliorer la gouvernance de ses 11 programmes-clientèles, le centre
hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) s’est engagé dans l’implantation
d’une approche de gestion en dyade : la gouvernance
médico-clinico-administrative. Cette approche suppose que 2 gestionnaires – un médecin
et un clinicien ou un professionnel – endossent conjointement toutes leurs
responsabilités de gestion. La direction du CHUS a déjà réalisé un certain
nombre d’actions favorables à l'implantation de cette approche de gestion. Ces actions
constituent un fondement intéressant, mais insuffisant à lui seul du fait qu’il
se limite à produire des changements seulement sur les dimensions structurelles
de la gouvernance médico-clinico-administrative. Bâtir une telle approche de
gestion au CHUS requiert donc le développement d’autres leviers susceptibles de
catalyser les changements structurels en cours. Un de ces leviers est incarné
dans le développement exploratoire du profil différencié de compétences voulues
pour réussir le mode de gouvernance médico-clinico-administrative d’un
programme-clientèle au CHUS. Une revue des littératures scientifiques et
professionnelles témoigne de l’inexistence d’un tel profil. De plus, ce dernier
doit être différencié pour l’un et l’autre des gestionnaires de la dyade, étant
donné que le CHUS ne demande pas à ses 
médecins-gestionnaires et à ses gestionnaires cliniques-administratifs d’assumer
les mêmes responsabilités de gestion.

 

3_rem_
Isabo Deschamps UQAM - Université du Québec à Montréal

La logique du droit : une nouvelle analyse du raisonnement juridique pour une meilleure méthodologie juridique

(Afficher le résumé)

L’objectif de notre conférence sera de proposer une nouvelle manière d’analyser le raisonnement juridique via la logique philosophique. Concrètement, nous démontrerons qu’il est possible de dégager, de la pratique des juges, des juristes et des avocats, des règles de cohérence spécifiquement juridique.

Dans un premier temps, nous décortiquerons quatre raisonnements juridiques et nous tenterons de valider, avec l’aide de la logique classique, ces raisonnements juridiques. Nous constaterons que la logique classique sera incapable de valider deux des quatre raisonnements décortiqués, car ces raisonnements obéissent à des règles de cohérence spécifiquement juridique. D’où la nécessité de développer une logique spécifiquement juridique qui ferait l’inventaire des règles de cohérence spécifiquement juridique.

Dans un deuxième temps, nous reprendrons les deux raisonnements qui n’ont pu être validés par la logique classique et nous validerons ces deux raisonnements en présentant deux règles de cohérence spécifiquement juridique. Nous démontrerons que le raisonnement juridique est un raisonnement non classique qui obéit, certes à des règles de cohérence de la logique classique, mais surtout à des règles de cohérence juridique reconnues par la communauté juridique. D’où l’utilité de développer une logique juridique qui exposerait le rôle et les fonctions des règles de cohérence juridique.

Enfin, notre conférence proposera un nouveau cadre à la méthodologie juridique.

4_rem_
Virginie Lecourt Institut catholique de Paris, Thierry Pauchant HEC Montréal
Le questionnement éthique en organisation : natures, processus et pédagogies du questionnement éthique par des gestionnaires
(Afficher le résumé)

L’éthique des affaires devient un sujet de développement organisationnel, stratégique et de communication. Cependant, elle est très vite réduite à la dimension déontologique ou à la notion de « valeurs ». Elle n’est quasiment jamais considérée comme un questionnement. Or si l’on s’appuie sur différents auteurs (Ricœur, 1990 ; Goy, 2012), l’éthique ne peut être simplement une réponse ou une solution prédéfinie. Elle semble être davantage une quête conduisant le décideur à faire face à un questionnement, un doute, une incertitude en se posant la question « que dois-je faire ? ».

Comment se vivent alors concrètement ces questionnements ? Dans le cadre de notre recherche, nous nous intéressons donc très particulièrement aux expériences de questionnement éthique vécus par des gestionnaires. Dans une dynamique de recherche qualitative et à partir d’une vingtaine d’entrevues en profondeur, nous présentons les principales caractéristiques du questionnement éthique et ouvrons des perspectives pédagogiques. Cela nous permet dans un premier temps de mieux comprendre ce phénomène de questionnement (nature et processus), puis dans un deuxième temps, de réfléchir à de nouvelles manières de développer des habiletés de questionnement éthique chez des gestionnaires ou des étudiants en gestion.

Les notions de complexité, doute, dialogue, interdisciplinarité, parties prenantes, expériences, importance de la particularité de chaque situation sont des éléments-clés de notre recherche.





5_rem_
Jean-François Tremblay UQO - Université du Québec en Outaouais, Sonny Carrier
Les déterminants du succès en matière de conciliation : proposition d’une modélisation
(Afficher le résumé)

La littérature en relations du travail tend à présenter les
déterminants influençants le succès en matière de conciliation de façon éparse,
sans réelle cohésion théorique. De même, on trouve très peu d’études faisant
état des principaux constats empiriques à ce sujet. La question au cœur
de notre recherche est donc d’identifier les
déterminants influençant le succès en matière de conciliation lors de la
négociation d’une convention collective. Afin d’atteindre cet objectif, nous
avons effectué une revue exhaustive de la littérature et nous avons élaboré une
modélisation permettant une compréhension holistique et cohésive du phénomène.
Au terme de cette démarche, nous proposons une modélisation permettant
d’identifier la nature de l’influence des principales variables exogènes et
endogènes au processus de conciliation telles que les sources de l’impasse, les
stratégies du conciliateur, le mouvement des positions, la méthodologie de
l’intervention et les caractéristiques attitudinales du conciliateur. Notre
recherche permet également, pour une première fois, de proposer une
modélisation inspirée de l’approche stratégique en relations industrielles avec
les déterminants comme variables explicatives, le processus comme variable
modératrice et les résultats de la conciliation comme variable dépendante. De plus,
des hypothèses de recherche pour une éventuelle étude de terrain sont étayées.

6_rem_
Jean-François Tremblay UQO - Université du Québec en Outaouais, Clélia Chambon

Systèmes de gestion informelle des conflits dans la fonction publique fédérale : de l’implantation aux résultats

(Afficher le résumé)

En 2005, le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les relations de travail dans la
fonction publique
.  Afin de favoriser
la saine gestion des conflits, la Loi prévoit la mise en place d’un système de
gestion informelle des conflits (SGIC) dans chaque ministère.  La recherche vise à identifier les
caractéristiques des SGIC et circonscrire leur contexte d’implantation de même
que les changements qu’ils occasionnent dans la résolution des conflits. Quatre
études de cas ont été réalisé afin de décrire la forme et la nature des SGIC eu
égard à sept dimensions. L’analyse de contenu de divers documents ministériels
et celle d’entretiens semi-directifs 
avec vingt représentants des salariés et de l’employeur a été effectué
afin de répondre à la question de recherche. On constate que les SGIC
nécessitent un engagement sous-ministériel afin de favoriser leur pleine
implantation. Bien que leur raison d’être émane de la même directive, la forme
qu’ils prennent diverge d’un ministère à l’autre. On observe une variabilité au
niveau de la qualité et de la quantité des interventions réalisées dans le
cadre SGIC qui se révèle tributaire du niveau d’engagement des parties à œuvrer
dans les SGIC. Finalement, tel que postulé par la théorie des « sentiers
de dépendances », on observe des trajectoires d’implantation de même que
des résultats d’interventions qui sont liés au contexte organisationnel prévalant
en amont de la directive commune inscrite dans la Loi de 2005.









7_rem_
Francine Picotin UQAM - Université du Québec à Montréal
Accompagnement des équipes interdisciplinaires d'un petit bloc opératoire à travers un processus en U
(Afficher le résumé)

Est-il possible d’appliquer le processus en U pour améliorer la communication et la coordination des équipes de travail au bloc opératoire?

Nous nous sommes appuyés sur les écrits de Carle et de Scharmer pour élaborer notre projet d’intervention.  En colligeant différents processus non linéaires, Carle a noté que tous semblent suivre la même courbe en forme de U.  Si Carle décrit les processus subis amenés par la vie, Scharmer, quant à lui, cherche à provoquer ces passages en U pour trouver des solutions aux nouvelles conditions de vie en société.  Pour lui, ce n’est que dans l’ouverture à l’autre et à l’expérience que surgissent des idées nouvelles.  Pour notre intervention, la méthode du World Café s’est révélée être une méthode toute désignée pour pratiquer le processus en U.  

Au bloc opératoire, le travail interdisciplinaire est de mise.  Nous avons voulu donner l’opportunité aux différents acteurs du bloc opératoire d’échanger sur ce qu’ils vivent dans leur travail au bloc opératoire dans le but d’améliorer la communication et la coordination dans les équipes de salles d’opération.

Nous avons pu suivre l’évolution du groupe qui est passé de la passivité à l’ouverture à l’interdisciplinarité.  Nous avons été témoin de la transposition de cette ouverture à l’interdisciplinarité dans leur travail quotidien.  Le World Café s’est donc révélé une méthode efficace pour développer l’interdisciplinarité au travail.

8_rem_
Marie-Claire Belleau Université Laval, Charlaine Bouchard
La prévention et la gestion des conflits dans les PME
(Afficher le résumé)

Dans toutes les organisations sociales et économiques comme dans le monde des affaires, les conflits émergent naturellement. Qu’il s’agisse de différends qui opposent les employés entre eux, les entreprises à leurs clients, à leurs fournisseurs, aux membres du conseil d’administration, aux actionnaires ou aux différents intervenants qui collaborent avec l’organisation, les conflits troublent ou ils sont susceptibles de perturber le bon déroulement des affaires. Les PME s’avèrent peu enclines à faire appel à des juristes pour résoudre leurs conflits parce qu'elles sont limitées financièrement. De plus,  elles sont souvent forcées à une gestion d’urgence par manque de ressources et de moyens. Or, les entrepreneurs souhaitent conserver le contrôle de leurs décisions et déterminer eux-mêmes la conduite de leurs affaires. Enfin, dans le monde des affaires, il importe, dans la mesure du possible, d’éviter les différends ou tout au moins, de les résoudre rapidement et efficacement afin d’empêcher qu’ils s’enveniment. À long terme, une saine gestion des conflits dans les PME favorise leur survie. Dans ce contexte, les modes de prévention et de règlement des différends (ci-après PRD) constituent pour les PME une alternative prometteuse, réaliste et pratique par rapport aux recours judiciaires traditionnels.  Les modes de PRD offrent des approches novatrices qui permettent aux PME de participer et de décider des avenues disponibles pour résoudre leurs différends. 

9_rem_
Verónica Zúñiga Salas HEC Montréal
Rôles et dynamiques dans la gouvernance d’un secteur à but non lucratif : le cas du secteur muséal au Québec
(Afficher le résumé)

L’objectif de cette communication est de présenter les principaux résultats d’une recherche menée auprès des OBNL du secteur muséal au Québec en 2010-2011 et qui portait sur le phénomène de la gouvernance dans ses différentes dimensions : organisationnelle, contextuelle et individuelle. Dans cette étude, nous proposions de répondre à la question suivante : comment s’exerce la gouvernance à multiples niveaux dans un secteur à but non lucratif ? Pour cela nous avons adopté une perspective plus large de la gouvernance, proposée dans la littérature, qui la conçoit comme un processus qui se déroule à plusieurs niveaux et entre de multiples acteurs. Sur le plan méthodologique, nous avons mené une étude de cas emboité avec trois méthodes de collecte de données. Les résultats de cette étude nous permettent d’apporter trois contributions au champ de recherche sur la gouvernance des OBNL. La première est l’application d’une approche sectorielle pour analyser l’exercice de la gouvernance à multiples niveaux, qui permette de mettre en évidence les dynamiques qui y sont reliées. La deuxième est de démontrer le rôle clé que jouent les regroupements dans les processus d’orientation et de structuration d’un secteur à but non lucratif. Enfin, la troisième est de mettre en évidence le double rôle de gouvernance joué par les directeurs généraux des musées dans leurs OBNL et dans les regroupements, ce qui fait d’eux les agents des processus d’orientation et de structuration du secteur.

13 h 00 - 16 h 00
Santé mentale et sécurité au travail
Communications orales
Présidence/animation : Julie Cloutier UQAM - Université du Québec à Montréal
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 3110
1_rem_
Julie Cloutier UQAM - Université du Québec à Montréal, Denis Harrisson UQO - Université du Québec en Outaouais, Vanessa Béland-Ouellette

Les facteurs psychosociaux de la santé psychologique des préposé(e)s en centres d'appels : la justice organisationnelle

(Afficher le résumé)

La détresse psychologique est un phénomène très préoccupant. En effet, une proportion considérable de travailleurs présenterait un état psychologique marqué par la nervosité, l’irritabilité, la tristesse et le découragement.

Les facteurs à l’origine de la détresse psychologique ont été largement étudiés du point de vue des caractéristiques des emplois découlant de l’organisation du travail. Parmi ces facteurs psychosociaux, figurent notamment la charge de travail (quantitative et qualitative), la latitude décisionnelle, l’ambiguïté de rôle, le conflit de rôle et le conflit travail-famille. Or, jusqu’à présent, aucun chercheur ne s’est penché sur l’influence qu’exerce la justice organisationnelle sur la détresse psychologique. La justice organisationnelle fait référence aux perceptions des travailleurs concernant la manière dont ils sont traités dans le milieu de travail à travers les diverses pratiques de gestion des ressources humaines.L’objectif de ce projet de recherche consiste donc à combler cette lacune et à déterminer dans quelle mesure les perceptions de justice organisationnelle des travailleurs influencent leur niveau de détresse psychologique.

Menée auprès de 659 préposés en centres d’appels, cette recherche de type corrélationnel montre que, effectivement, la justice organisationnelle constitue un déterminant important de la détresse psychologique au travail.



2_rem_
Fidèle Ndjoulou Université de Sherbrooke, Lise Desmarais Université de Sherbrooke, Michel Pérusse
La pérennisation de la prise en charge de la santé et sécurité au travail dans les organisations du Québec et du Tchad
(Afficher le résumé)

Problématique

Malgré les démarches de prévention, les accidents du travail et les maladies professionnelles (ATMP) tuent par an plus de 2,3 millions de personnes dans le monde (OIT, 2012). L’Organisation Internationale du Travail estime ainsi qu'un travailleur meurt toutes les 15 secondes d'un ATMP. Les rapports annuels de gestion de la CSST (2003-2011) montrent que la situation semble relativisée au Québec. Or, de graves répercussions sociales, humaines, familiales, économiques, physiques
et psychiques existent. Comment un État, par l’entremise de son service d’inspection, peut-il pérenniser la prise en charge de la santé et sécurité au travail par les organisations?

Méthode 

Cette communication restitue une recherche évaluative de type qualitatif. Nous avons opté pour une méthode basée sur l’analyse documentaire des politiques publiques de santé et sécurité au travail, observé des inspecteurs lors des visites d’établissements et des chantiers de construction, et avons conclu avec des entrevues semi-dirigées.

Résultats 

Les résultats nous ont permis d’isoler les points forts et les améliorations pour favoriser une meilleure prise en charge par le milieu du travail. Nos conclusions proposent une démarche systémique de prise en charge de la santé et sécurité au travail pour les inspecteurs et les organisations. C’est une démarche fondée sur les individus, la tâche, le matériel et le milieu (ITMAMI).

 

 

3_rem_
Jean-Simon Leclerc Université de Montréal, laura bonnelly Université de Montréal, Émilie Champagne, André Savoie Université de Montréal
Le lien entre la santé psychologique et la performance individuelle au travail : quel rôle pour la compétence en emploi?
(Afficher le résumé)

L’étude du lien entre les affects des employés
et la performance en emploi constitue un courant de recherche important
(Fisher, 2003). Les liens trouvés sont toutefois souvent considérés comme
modestes, devenant pertinent d’étudier l’effet de modérateurs potentiels de
cette relation (Judge et al., 2001). Se fondant sur le concept bidimensionnel de
la santé psychologique au travail (bien-être et détresse), cette étude vise à
établir son lien avec la performance individuelle et d’évaluer l’apport d’un
modérateur potentiel de cette relation : la compétence en emploi. Pour ce
faire, un échantillon d’enseignants québécois a été utilisé (n = 542). Les instruments
utilisés pour mesurer la santé psychologique (Gilbert et al., 2011), la
compétence en emploi (Stamate, 2012) et la performance individuelle (Brien et
al., 2011) ont tous été validés. Les résultats des régressions hiérarchiques
montrent que le bien-être prédit significativement la performance (β = .18, p < .001), avec une modération
significative de la compétence (β = .15, p < .001). Pour la détresse, seul
le terme d’interaction Détresse X
Compétence
prédit significativement la performance (β = -.09, p < .05).
Ces résultats suggèrent que lien santé psychologique-performance est plus fort
chez les gens s’évaluant hautement compétents en emploi. Tant le bien-être que
la détresse psychologique exercent davantage d’impact sur la performance chez
les gens hautement compétents. Les implications seront discutées.

4_rem_
Laura bonnelly Université de Montréal, Émilie Champagne Université de Montréal, Jean-Simon Leclerc, Carole Sénéchal Université d’Ottawa, André Savoie Université de Montréal, Luc Brunet Université de Montréal, Manon Théorêt Université de Montréal, Emmanuel Poirel Université de Montréal, Michel Saint-Germain Université d’Ottawa

La relation entre la compétence en emploi et la santé psychologique au travail chez les directions d'école : le rôle des habiletés politiques

(Afficher le résumé)

Les directeurs d’école présenteraient une santé psychologique moins élevée que la population générale (Philips, Sen, & Mc Namee, 2008). Stamate (2011) a montré que la compétence en emploi (CEE) influencerait la santé psychologique au travail (SPT) auprès des enseignants (Stamate, 2011). Toutefois, peu d’études ont évalué les causes de la SPT, incluant le bien-être (BE) et la détresse (DET) psychologique, chez les directeurs d’école. Cette étude vérifie si la CEE prédit significativement la SPT et si les habiletés politiques (HP) établissent une relation de médiation significative pour le lien CEE et SPT. Au total, 232 directeurs et adjoints d’écoles primaires et secondaires au Québec ont rempli le questionnaire électronique. Les instruments de mesure proviennent de Gilbert, Dagenais-Desmarais, et  Savoie (2011) pour la SPT, de Stamate (2011) pour la CEE, et Ferris et al. (2005) pour les HP. Les HP établiraient une relation de médiation partielle pour la relation CEE et le BE (β = ,49, β’ = ,316, = 0,317, F (2, 231) = 53,02, p < ,000), ainsi que pour la DET psychologique (β = -,421, β’ = -,342, r² = 0,193, F (2, 231) = 27,39,  p < ,000). Les résultats suggèrent que la CEE influence la SPT et le fait d’ajouter les HP au modèle permet d’augmenter la SPT. Les implications seront discutées.



Jeudi 9 Mai 2013

9 h 00 - 12 h 00
Créativité, innovation et gestion du changement
Communications orales
Présidence/animation : Dorra Skander UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières
Bâtiment – Local : Pavillon Charles-de Koninck – 1271
1_rem_
Catherine Vadnais UQAM - Université du Québec à Montréal
Application du courage managérial en gestion du changement
(Afficher le résumé)

Les défis associés aux changements sont une préoccupation de taille pour les organisations.Malgré leurs efforts, le taux d’échec atteint les 70% selon le type de changement(Collerette, 2008).Ce faible taux de succès se justifie en partie par le manque de courage en gestion de changement.Le courage s’avère alors un facteur clé à l’organisation et à ses acteurs en vue d’améliorer leur capacité à gérer le changement.Les théories présentées dans la littérature décrivent les personnes courageuses,les conséquences du courage et ses vertus en contexte de peur.Cependant,peu de ces études possèdent une valeur empirique ou une définition opérationnelle.Ces limites s’expliquent par sa nature subjective qui nuit à l’établissement d’un consensus sur son construit(Schilpzand, 2008).En effet, il est encore difficile d’identifier et de mesurer le courage en entreprise.L’objectif de cette recherche exploratoire vise donc à améliorer la compréhension du courage managérial à travers la conception des responsables en gestion de changement.À cet effet, 5 études de cas tirées de 5 projets de changement sont analysées à travers le modèle de Prosci(2004).Ce mémoire contribue à l’augmentation des connaissances sur le courage managérial,propose une démarche empirique et un outil opérationnel pour les gestionnaires.Ils pourront ainsi développer une culture d’action,améliorer leur processus de dotation et renforcer les activités de gestion de changement à partir des profils de courage ressortis.

2_rem_
Ignasi Capdevila HEC Montréal
Créativité et innovation dans les différents types d’espaces physiques de collaboration
(Afficher le résumé)

Les espaces physiques de collaboration (EPC par la suite) se sont multipliés dans les dernières années, soient sous forme de laboratoires de fabrication (fab labs), plateformes d’expérimentation (living labs), espaces « hackers », espaces de « co-working », laboratoires de « co-design », etc. Les EPC ont certains points en commun :1) ce sont des espaces ouverts au public; 2) ils encouragent le partage libre de connaissances, informations, outils et la collaboration entre ses membres sur une base non-propriétaire; et 3) ils ont une préoccupation sociale, ludo-culturelle ou éducative (même s’ils peuvent avoir aussi un but commercial). Cependant la typologie des EPC est très variée et répond à divers propos en appliquant des différents modèles d’innovation. Mon travail de recherche se base sur la caractérisation et classification des différents types d’EPC en fonction des projets développés et leur finalité principale (économique ou socio-ludique) pour contribuer à la compréhension des différents modèles de gestion de la créativité collective et de l’innovation ouverte. La méthodologie appliquée est qualitative, en utilisant l’analyse de discours et des entrevues semi-structurées à des membres et responsables d’EPC. L’étude des EPC n’a pas été objet de nombreuses recherches et cependant certains auteurs les considèrent des modèles d’innovation de grande influence pour le futur développement économique et social des pays industrialisés mais surtout, des pays en développement.

3_rem_
Jimmy Peixe Mc intyre Universidade Federal Rural de Pernambuco, Paul Prévot
Compétences pour l'innovation dans les coopératives du Québec
(Afficher le résumé)

L’étude visait à identifier des compétences favorisant l’innovation au sein des coopératives de la province du Québec. On a compté sur l’expertise de l’Institut de recherche et d’éducation pour les coopératives et les mutuelles de l’Université de Sherbrooke (IRECUS) qui a identifié quatre coopératives de taille moyenne considérées comme des coopératives qui ont innové le processus de gestion. Collerette et Schneider (2000) et Boltanski et Thévenot (1991) et d’autres nous ont donné la base pour construire um modèle avec 4 dimensions de compétences: politique-administrative, relationnel, communicationnel et d’articulation et hiérarchie. Des entrevues (avec des informateurs-clé), et de l’observation systématique ont été menées pendant l’année 2011 dans ces coopératives. Une analyse thématique des données recueillies a suivi les directives de Paillé (1996 et 1997) pour trouver les compétences de ces coopératives qui ont favorisé le processus d'innovation. Nous avons trouvé les compétences transversales (présent dans toutes les dimensions étudiées) et spécifiques (qui n'existe que dans une seule dimension).  Les compétences transversales étaient les suivantes: ouverture au risque et aux nouvelles idées; la créativité; la communication bidiretionnelle et le partage des informations; l’appartenance; l’ouverture à l’apprentissage et le respect des valeurs coopératives. En tant que compétences spécifiques on met en relief le respect au travail réalisé, la transparence et l’empathie.

4_rem_
Dorra Skander UQTR - Université du Québec à Trois-Rivières
L’évolution des mécanismes de contrôle dans le cadre des PPP : une étude de cas approfondie
(Afficher le résumé)

Cette recherche vise à analyser l’évolution des mécanismes du contrôle formel et social encadrant les stratégies collaboratives que sont les partenariats public-privé (PPP). Dans un premier temps, en s’appuyant sur une analyse approfondie de la littérature portant sur le contrôle et les PPP, cette recherche propose un modèle dynamique de l’évolution des types de contrôle- sur les plans formel et social- exercés entre les acteurs publics et privés de la phase de pré-collaboration jusqu’à la clôture du projet. Dans un second temps, une étude de cas approfondie menée auprès des gestionnaires ayant participé à un PPP permet de vérifier la pertinence du modèle proposé sur le terrain. Cela permet de saisir les fondements des types de contrôle sous-jacents à l’évolution des PPP. Il ressort que le contrôle formel représente « le socle » des PPP vu qu’il représente la principale référence des acteurs dès la phase de pré-collaboration. Une fois le contrat signé, les parties entrent dans la phase d’exécution- le « cœur » du projet- qui est marquée par l’intensification des interactions entre les acteurs. Dans un
partenariat réussi, c’est durant cette étape que les acteurs bâtissent une vision commune du projet en se basant sur la convergence de leurs valeurs et normes. Il s’agit là de l’essence même du contrôle social permettant de « cimenter »
les relations entre les acteurs publics et privés et ce, en plus des mécanismes de contrôle formel mis en place depuis la signature du contrat 

10 h 00 - 13 h 00
Session d'affiches
Communications par affiche
Bâtiment – Local : Pavillon Ferdinand-Vandry – Atrium du niveau 1 (zone D)
1_rem_
Ève Fournier Université de Montréal, André Savoie Université de Montréal

Les liens entre le climat de travail et la santé psychologique au travail en regard des comportements de citoyenneté organisationnelle

(Afficher le résumé)

Les études portant sur les antécédents des comportements de citoyenneté organisationnelle (CCO) ont rarement mis l’accent sur le rôle de la santé psychologique au travail et celui du climat organisationnel (Podsakoff, MacKenzie, Paine & Bachrach, 2000). Cette étude vise à combler cette lacune. Pour ce faire, un échantillon formé d’infirmières du réseau de la santé du Québec est utilisé (n= 907). Le CCO a été mesuré grâce à une adaptation du questionnaire de Poropat et Jones (2009). Le bien-être et la détresse psychologique ont été mesurés avec les échelles de Gilbert, Dagenais-Desmarais et Savoie (2011). Le questionnaire du climat de travail est celui de Roy (1989). Les résultats des test-T montrent que les infirmiers présentant beaucoup de CCO vivent significativement plus de bien-être psychologique (t(566)= -6,227, p<0,001) et moins de détresse
psychologique (t(532)= 3,506, p<0,001) que ceux présentant peu de CCO. De plus, ceux présentant beaucoup de CCO ont une perception statistiquement différente du climat de travail que ceux présentant peu de CCO (t(566)=  -3,495, p<0,001). L’étude suggère qu’il existe une différence en termes de CCO en fonction de bien-être, de la détresse et du climat de travail. Les implications pratiques seront discutées.

Participez à la conversation

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques