Connexion utilisateur

81e du Congrès de l'Acfas

Colloque 56 - Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne

Mardi 07 mai de 09 h 00 à 18 h 30.
Responsable(s)
Françoise Paquienséguy Institut d'études politiques de Lyon, Laurent Collet Université du Sud Toulon-Var
Description

Ce colloque porte sur les enjeux actuels du livre numérique. Ils sont de différentes natures :

1. Mutation des pratiques de lecture au regard de la mobilité, des supports technologiques utilisés, de la multiplication des écrans.

2. Evolutions des pratiques culturelles au sens très large (information, divertissement, médias, culture, etc.) pour beaucoup présentes sur les mêmes terminaux, les tablettes principalement, qui mettent en concurrence films, musique, livres, réseaux sociaux, mails, etc.

3. Questions économiques liées au prix du livre, au droit d'auteur, à la structuration de la filière, à la constitution du catalogue.

4. Transformations des pratiques auctoriales, écriture du livre au format numérique via des outils spécifiques.

Son originalité vient du fait qu'il ne cherche pas à faire le tour de ces questions, à les étudier en profondeur car cette démarche existe déjà et de nombreux événements scientifiques peuvent en témoigner. Certes, la filière est loin d'être constituée, le marché ne s'est pas stabilisé, le gouffre de Moore n'est pas franchi, comme le répètent bien des travaux qui qualifient ce secteur de marché de niche opportuniste, mais bien des initiatives industrielles éclosent et plusieurs éditeurs (Decitre en France et Demarque tout dernièrement au Canada) lancent des signaux forts d'intérêt et d'investissement. Il y a peu de lecteurs, mais il y en a et ils ne cessent de se multiplier. C'est pourquoi, nous souhaitons dans ce colloque, en premier lieu, présenter des études de cas et des analyses de terrain incarnant ces différentes questions (autrement dit, quelles sont les solutions proposées ou inventées par certains acteurs), et, en deuxième lieu, intégrer le regard des professionnels à l'œuvre dans la constitution de l'offre de livre numérique (éditeurs, revendeurs et auteurs).

Enfin, nous souhaitons une couverture internationale des cas étudiés car aucun pays ne suit les mêmes pistes de croissance ou du déploiement du livre numérique.

Mardi 7 Mai 2013

9 h 00 - 9 h 30
Accueil des participants et distribution des documents du colloque
Panel
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0127
9 h 20_rem_
Mot de bienvenue
9 h 30 - 11 h 00
Communication inaugurale
Communications orales
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0127
9 h 30_rem_
Milad Doueihi Université Laval

Conférence d'ouverture : La lecture numérique ou le codage lettré

 M. Doueihi est  titulaire de la chaire de recherche sur les cultures numériques à l’Université Laval à Québec

(Afficher le résumé)

Code et texte sont indissociables : le code est un texte voué à la fois à la lisibilité et surtout à la relecture et l'annotation. Le code est la première instance de ce qu’on appelle aujourd’hui texte numérique. Cette spécificité explique que le texte ait façonné le développement des outils informatiques. C’est cette convergence entre texte et contexte dans le cadre de la première
génération de programmation informatique qui a incité des pionniers comme Van Damm et Knuth à désigner ce codage par Literate Programming, codage lettré. La dimension essentielle qui centre de l’activité informatique sur la lecture et prépare ainsi une génération d’outils orientés vers l’utilisateur, puis l’auteur.

L' époque contemporaine, déterminante du développement de la culture numérique souligne le lien essentiel entre informatique et modes de production et de visualisation textuelle ; elle cerne un conflit aujourd’hui important entre la conception du texte associée à l’hyperlien et ses extensions
numériques, et l’héritage de la culture de l’imprimé et du livre.

La textualité s’est introduite subrepticement pour former un axe majeur de
l'industrialisation de l’informatique : le numérique. La différence entre informatique et
numérique reflète nos négociations face à la généralisation du code numérique dans le paysage culturel, via des soi-disant nouvelles technologies. Cette naturalisation des usages du code  est l’agent premier de l’adoption du numérique et de sa force radicale dans nos sociétés.

10 h 30_rem_
Période de questions
11 h 00 - 13 h 00
Le livre numérique et technologies de lecture
Communications orales
Présidence/animation : Laurent Collet Université du Sud Toulon-Var
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0127
11 h 00_rem_
Delphine TIROLE Université de Franche-Comté, alexandre coutant Université de Franche-Comté, ion roxin Université de Franche-Comté

Les outils de lecture, facteur clé de la lecture numérique?

(Afficher le résumé)

Au cours du temps, on observe que les technologie et les pratiques de la lecture ont été liées, s’influençant mutuellement (Cavallo et Chartier, 2009 ; Chartier, 1997). Elles ont tendu à distancier le lecteur du contenu de la lecture ainsi qu’à instrumenter ce rapport (Bélisle, 2004 ; Bélisle, 2011). Les technologies de lecture actuelles concrétisent ces tendances par l’usage d’un dispositif de lecture.  S’oriente-t-on vers une lecture de plus en plus instrumentée, plus en accord avec le potentiel des tablettes tactile ?

Dans le cadre de notre travail, nous avons voulu tester l'hypothèse selon laquelle le développement de la lecture numérique, en particulier dite « savante », passe par l'adéquation des applications-outils de lecture aux usagers. Nous cherchons également à vérifier si une lecture instrumentée imposerait l’acquisition de compétences de lecture spécifique, un « savoir lire numérique » (Caraco, 2012). C'est pour comprendre les mutations qui affectent les pratiques de lecture au contact des technologies de lecture actuelles que nous avons mis
en place une enquête compréhensive auprès de lecteurs numériques. En les interrogeant sur leurs habitudes de lectures, l'éventuelle répartition de leurs pratiques de lectures selon les terminaux, leurspratiques particulières de lecture savante, les fonctionnalités qu'ils apprécient ou pas et celles qu'ils attendent sur les tablettes numériques, nous chercherons à éclairer la dynamique complexe liant des pratiques à leurs supports.

11 h 30_rem_
Brigitte Juanals Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Paris 10), Jean-Luc Minel Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Paris 10)

Les technologies de lecture sur des tablettes tactiles dans le secteur des musées : vers la construction d’environnements numériques de lecture

(Afficher le résumé)

L’enjeu est de discuter des formes renouvelées de médiation culturelle dans les pratiques éditoriales des musées. Nous considérons que ces mutations sont de nature hybride, à la fois socioculturelle, socio-technique et informationnelle. Elles s’insèrent dans le contexte du rôle croissant joué par les industries de la communication et les « industries de la lecture » dans le secteur culturel. La finalité est de questionner l’émergence d’une culture numérique dans ces objets éditoriaux.

Dans un 1er temps, nous avons mené la description et l’analyse des publications numériques, concomitamment à des entretiens avec des conservateurs. Dans un 2e temps, nous avons construit une grille d’analyse concernant les évolutions des technologies de lecture, décrites en termes de médiation renouvelée aux objets culturels. En particulier, nous avons pris en compte les modes de médiation et de médiatisation aux objets culturels et aux connaissances qui y sont associées.

Nous avons montré que les pratiques éditoriales des musées étudiés ont déstabilisé les frontières du livre numérique. Ce dernier est principalement caractérisé par des technologies de lecture transversales aux supports électroniques et aux formats des fichiers. Plutôt que de livre numérique, nous préférons parler d’environnement numérique de lecture, les technologies de lecture étant caractérisées autant par les supports et les technologies que par les choix éditoriaux des concepteurs.

12 h 00_rem_
Jean Charles fitoussi premierchapitre.fr

Premier chapitre, le premier service de lecture en streaming réservé aux bibliothécaires

(Afficher le résumé)

Seul un nombre limité de bibliothèques accède aux livres avant parution. Le choix des bibliothécaires se fonde donc sur la presse professionnelle et leur connaissance des auteurs. premierchapitre offre un nouvel outil d'aide à la décision : les bibliothécaires lisent en numérique et en intégralité avant de choisir les livres imprimés qu'ils vont acquérir. Ils ont accès au service à la médiathèque et à leur domicile. Les bibliothèques rencontrent souvent des difficultés pour valoriser leurs nouveautés, surtout hors les murs. Premierchapitre permet aux lecteurs, y compris non-abonnés, de découvrir le début des nouveaux romans directement sur leur smartphone. Il leur suffit de flasher un QR code intégré à un marque-page, une carte de lecteur, le site de la bibliothèque, des affichettes, des affiches sur des abribus.... Pour convaincre les éditeurs de faire circuler ces nouveautés en toute sécurité, premierchapitre propose une solution de lecture en streaming.

12 h 30_rem_
Période de questions
14 h 30 - 16 h 30
Le livre numérique et usages
Communications orales
Présidence/animation : Laurent Collet Université du Sud Toulon-Var
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0127
14 h 30_rem_
Florence rio Université Lille, stephane chauridon Université Lille 3

Quels usages pour un récit transmédia augmenté?

(Afficher le résumé)

Cette communication se propose de présenter les résultats d’une étude en cours réalisée dans le cadre d'un contrat de recherche portant sur un objet prototypique mêlant livre papier et réalité augmentée : « Drakerz/Une Récit transmédia augmenté ».

Dans un premier temps, il s’agira de s’intéresser à la dimension conceptuelle de ce prototypage en partant de l’hypothèse que la conception se poursuit dans l’usage. Aussi nous nous intéresserons à l’appropriation par le public-cible, ici des adolescents,  du dispositif prototypique proposé et nous montrerons quelles modifications ou validations les tests d’usages réalisés ont pu engendrer sur les questionnements conceptuels initiaux.

Dans une seconde approche, il s’agira d’analyser la relation dialogique que le dispositif technologique, l’ « augmentation » du livre papier, peut entretenir avec les utilisateurs (ici un panel représentatif du lectorat-cible) et comment cela conduit à produire des affordances dynamiques.

Enfin,, à l’aide des résultats des entretiens et des déclarations de pratique, nous questionnerons la façon dont les dispositifs d’enrichissement du livre et la transmédialité du discours (support physique du livre papier / univers virtuel 3D) engagent le lecteur dans un contrat de lecture et/ou de jeu qui redéfinit le rapport même à la lecture : quel lien le lecteur fait-il entre le support papier, créateur d’un univers imaginaire et le support virtuel, extension extra-textuelle de l’univers fictionnel ?

15 h 00_rem_
Thomas Jouneau Université de Lorraine, claire nguyen Bibliothèque Interuniversitaire de Santé

Analyse qualitative des pratiques et usages de lecture de livres numériques dans les bibliothèques académiques

(Afficher le résumé)

Les expériences dont nous ferons la synthèse ont été récoltées via une enquête faite auprès des membres de Couperin, parallèlement à une collecte ciblée dans des réservoirs (mémSIC, enssib, blogs professionnels…). A partir du recueil d’une quinzaine d’expériences de moins de deux ans dessinant une tendance générale, nous avons choisi d’extraire un échantillon de 5 à 8 expériences approfondies rendant compte de situations diverses (type d’établissement, disciplines, public).

Trois objectifs et types de résultats ressortent clairement pour ces enquêtes :

- Connaissance qualitative des usages : mieux connaître le public ; permettre une adéquation entre offre et service, avec un focus sur les nouvelles générations. Nous constaterons la méconnaissance des contenus par les usagers, reflétant à la fois l’imperfection de l’offre et un déficit de communication.

- Évaluation participative de l’offre : solliciter le lecteur sur les interfaces proposées, et les outils de consultation. Nous relèverons un regard critique, parfois différent de celui des professionnels, sur les interfaces des éditeurs et des bibliothèques.

- Alimentation du travail de médiation et de valorisation. Nous montrerons de quelle manière ces études mettent en avant des éléments pouvant améliorer l’accompagnement des usagers comme des professionnels (contenus, supports de lecture) et la communication autour des livres numériques.

15 h 30_rem_
Sylvie BOSSER-JUPIN Université de Vincennes Saint Denis (Paris 8)

Le livre numérique gratuit en téléchargement légal : un outil marketing pour les éditeurs?

(Afficher le résumé)

Dans l’écosystème en gestation que constitue le marché du livre numérique avec sa recherche de modèles économiques, ses paradoxes face aux attentes réglementaires de la commission européenne (taxe sur la valeur ajoutée, prix unique), ses usagers que l’on commence à définir et qui affichent une nette préférence pour les livres gratuits (issus de téléchargement légal et/ou illégal), il est essentiel de se pencher sur les possibilités que représente pour les éditeurs français l’offre gratuite légale.

Répondre à cette question implique en premier lieu de s’appuyer en contre point sur les trois études
portant sur l’offre illégale en France menées par Le MOTif (Observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France). Le site de piratage Team AlexandriZ illustre également ce versant de la gratuité illégale. Par ailleurs, l’offre légale présente sur les plateformes de librairies en ligne, tant en termes de
catalogue que de ce qu’elle implique en termes d’outil marketing par rapport à l’usager est abordée par le biais des sites de la Fnac, d’Amazon et d’ePagine.
Les éditions de l’Eclat enrichissent également notre corpus d’analyse - à l’aide d’un entretien mené auprès du responsable et d’une analyse du catalogue sur leur site -, dans la mesure où elles font, depuis plusieurs années, l’expérience du livre gratuit sous l’appellation de Lyber.?

16 h 00_rem_
Période de questions
14 h 30 - 16 h 30
Le livre numérique et pratiques d’écritures
Communications orales
Présidence/animation : Françoise Paquienséguy Institut d'études politiques de Lyon
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 1222
14 h 30_rem_
Carsten Wilhelm Université de Haute Alsace, Béatrice Vacher Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, Anne Monjaret Centre national de la recherche scientifique

Expérience d’écriture multi-auteurs hybride, en ligne et en coprésence : une étude de cas

(Afficher le résumé)

Cette Communication revient sur une expérience d’écriture collective hybride, la rédaction d’un ouvrage à quatorze mains. L’écriture estcollective : tous participent au projet. L’écriture esthybride : elle mélange des temps de présence et de travail à distance (le texte est partagé en ligne via un outil d’écriture collaborative). L’ouvrage est signé d'un nom collectif avec précision du coordinateur.

L’existence d’un outil (google docs) a rendu possible la concrétisation du projet ; cependant pour que le travail avance, il est apparu nécessaire qu’un des auteurs se charge de la coordination : relance, gère la division du travail, vérifie l’état d’avancement, conseille les néophytes en matière informatique, propose des relectures pour une cohérence d’ensemble, organise des séances de travail en coprésence pour discuter des parties, etc. Ce « co-ordinateur » (car il s’agit aussi d'assurer des liaisons informatiques) est primordiale  puisque plusieurs parties peuvent être démarrées en même temps.

Ainsi, écriture et commentaires, lectures critiques et corrections font le sens de cette écriture collective. L’auteur devient invisible tout en ayant besoin d’être visible, de se reconnaître pour (se) corriger, (se) justifier.

15 h 00_rem_
Alexandra saemmer Université de Vincennes Saint Denis (Paris 8), Nolwenn Tréhondart Université de Vincennes Saint Denis (Paris 8)

Les figures du livre numérique «augmenté» au prisme d’une rhétorique de la réception



(Afficher le résumé)

Dans le contexte d’une rhétorique de la réception du livre numérique « augmenté » par l’hypermédia, la « disposition » modifie les conditions d’acceptation du discours à travers les éléments qu’elle présente sur la première « page »-écran, et ceux qu’elle présente sur les pages suivantes éventuellement reliées par des hyperliens et organisés par un sommaire interactif. Les couplages entre textes, images et « énoncés de gestes » dans les éléments manipulables, et les couplages entre textes, images et « énoncés de mouvements » dans les éléments animés, forment des procédés qui relèvent de l’élocution. Ces procédés de la disposition et de l’élocution « préfigurent » des pratiques de lecture.

Comment le lecteur accueille-t-il potentiellement ces anticipations de pratiques ? Est-ce que ces attentes convergent avec les « stratégies de conception » déclarées par les éditeurs ?

D’une part, nous mobiliserons une approche sémio-rhétorique pour analyser comment, dans un corpus de livres augmentés, les pages-écran à lire, à regarder et à manipuler anticipent sur les pratiques. D’autre part, nous recueillerons des données sur l’« horizon d’attente » des lecteurs face au texte et à la lecture numériques à partir d’études déjà existantes (voire Bélisle 2011), et nous les confronterons aux stratégies de conception déclarées par des éditeurs de livres « augmentés » lors d’entretiens que nous avons menés en 2012. Notre objectif est de faire émerger des convergences et divergences entre ces trois pôles.

15 h 30_rem_
Période de questions
16 h 30 - 17 h 30
Table-Ronde avec les professionnels. Le marché du livre numérique : quelles stratégies chez les éditeurs et quelle place pour les auteurs? 
Communications orales
Présidence/animation : Françoise Paquienséguy Institut d'études politiques de Lyon
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0127
16 h 30_rem_
Plénière
16 h 30_rem_
Françoise Paquienséguy Institut d'études politiques de Lyon

Présentation de la Table-Ronde

(Afficher le résumé)

Animée par Françoise Paquienséguy elle questionnera des éditeurs français et québécois sur leur engagement dans l’édition numérique pour commencer.

Quatre caractéristiques posent le décor en 2013 : 1/ L’offensive industrielle qui propulse les supports de lecture sur le devant de la scène : en 2012, 145.000 Kobo vendues en France et 400.000 Kindle, sans parler du lancement récent du Paperwhite ou du Kobo Arc. 2/ Depuis environ un an, toutes les études confirment un paradoxe net en France les rares lecteurs numériques mais ce qui le sont, sont de vrais lecteurs ; de plus leur nombre augmente : de 5% en mars 2012 à 14% en septembre 2012 (% de population française de plus de 15 ans ayant déjà lu 1 livre numérique selon les Baromètres 1 et 2 des usages du livre numérique SNE- SGDL-Sofia) et au Québec le livre numérique représente déjà 30% des ventes de livres québécois. 3/ A y regarder de plus près de nombreux éditeurs se lancent, selon des modèles d’affaires et des stratégies différents, voire originaux comme Delitoon pour la BD, Smartnovel pour le roman feuilleton sur mobile ou De Marque avec son entrepôt numérique. 4/ Ces modèles d’affaires d’une part et les technologies utilisées d’autre part changent la donne du côté des auteurs dont la place dans la chaîne éditoriale, comme les modalités d’écritures se transforment ou du moins ces derniers se trouvent-ils à la fois
devant un paysage en voie de recomposition et devant des possibilités diverses de faire connaître leurs productions.



17 h 30 - 18 h 30
Clôture conviviale du colloque
Cocktail
Bâtiment – Local : Pavillon J.-A-de Sève – 0127

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques