Connexion utilisateur

80e du Congrès de l'Acfas

Colloque 633 - Bibliothèques numériques : au carrefour des disciplines et des institutions

Du mardi 08 mai à 09 h 30 au jeudi 10 mai à 16 h 00.
Responsable(s)
Lyne Da Sylva Université de Montréal, Audrey Laplante Université de Montréal
Description

Les bibliothèques numériques représentent un secteur d’activités et de recherche actif depuis une quinzaine d’années. Né de l’informatique, il en dépasse les frontières : il vise les systèmes contenant des collections de ressources numériques (textes, images, vidéos...) avec les services assurés aux utilisateurs sur la base de politiques définies. Si le volet technologique a prédominé dans les débuts des travaux de recherche et de développement, ce domaine d’étude est aujourd'hui véritablement multidisciplinaire et interpelle les chercheurs en sciences de l’information (bibliothéconomie et archivistique), en muséologie, en informatique, en traitement automatique de la langue (sur le contenu textuel) ou en droit (sur les droits d’auteur relatifs à la diffusion); à ceux-ci s’ajoutent tous les champs d’application qui bénéficient de la mise sur pied d’une bibliothèque numérique spécialisée.

Des exemples de bibliothèques numériques incluent les suivantes : Érudit (« Portail canadien de revues, de dépôt d'articles et d'ouvrages électroniques »); Europeana (contenant « les ressources numériques des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes »); le projet Gutenberg (collection de livres numérisés); le Musée virtuel de la Nouvelle-France; Synergies (plateforme de diffusion et de  résultats de la recherche en sciences humaines et sociales publiés au  Canada); The Internet Archive; le Google Art Project. Il en existe des centaines, sinon des milliers d’autres.

Les bibliothèques numériques ont des aspects technologiques et sociaux intimement reliés : la technologie développée vise à faciliter le repérage de sources d’information et l’accès à celles-ci dans le but de mieux servir ses utilisateurs. Mais plusieurs questions restent en suspens, dont les enjeux juridiques de la diffusion, la technologie utile à déployer, les politiques à établir et les modèles économiques à développer. C'est ce que ce colloque vise à explorer.



Mardi 8 Mai 2012

9 h 30 - 10 h 20
Séance d'ouverture
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
9 h 30_rem_
Mot de bienvenue
9 h 40_rem_
Lyne Da Sylva Université de Montréal
Les bibliothèques numériques : naissance, réalisations, avenir
(Afficher le résumé)

Nous tracerons le très bref historique des bibliothèques numériques à l'échelle mondiale ainsi qu'au Canada et plus précisément dans le monde francophone. Nous identifierons ainsi divers acteurs au Canada français. La présentation sera aussi l'occasion de faire un survol des communications qui se succéderont lors du colloque. Nous exposerons également le but ultime du colloque, soit de réunir tous les acteurs, actuels et potentiels, pour former une cellule multidisciplinaire d'expertise sur les bibliothèques numériques.

10 h 20_rem_
Pause
10 h 45 - 12 h 15
Tour d'horizon
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
10 h 45_rem_
Jean-Marie Tremblay UQAC - Université du Québec à Chicoutimi
Les classiques des sciences sociales : collection pionnière dans l'univers des bibliothèques numériques au Québec
11 h 30_rem_
Guylaine Beaudry Université Concordia

Bibliothèque numérique et champs éditoriaux, qu'en comprendre? : genre, technologie, économie, lectorat

(Afficher le résumé)

En brossant un panorama des différents types de bibliothèques numériques, on constate que les genres ou les champs éditoriaux commandent des conditions de production technique distinctives et s’inscrivent dans des modèles économiques différenciés. Les modes d’édition numérique des revues savantes, par exemple, ne sont pas les mêmes que pour l’ouvrage ou encore l’encyclopédie. Il pourrait être avancé que ces choix sont faits en fonction des différents types de lectorat. Or, pour plusieurs genres et en particulier pour les publications scientifiques à tout le moins, les lectorats sont les mêmes. Il apparaît ainsi pertinent de distinguer les circuits de communication selon les genres. Pour rendre compte de cette réalité, la notion de « champ » de Pierre Bourdieu apporte un éclairage fort utile, en présentant le système de communication scientifique et plus largement, les bibliothèques numériques, selon des espaces définis par les positions, les pratiques et les relations entre les acteurs. Cette dynamique pourrait expliquer partiellement les différences, les contrastes et les contradictions observés dans les traitements et les modes de diffusion et de commercialisation des divers types de publication.

12 h 15_rem_
Dîner
13 h 15 - 14 h 30
Plateformes de diffusion
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
13 h 15_rem_
Annick Hernandez Université de Montréal
La création de patrimoines culturels scientifiques numériques : une possible continuité du développement des plateformes de diffusion de revues savantes
(Afficher le résumé)

La constitution de patrimoines numériques (scientifiques ou culturels) par essence hétéroclites, implique la mise en commun de données variées, éparpillées et plus ou moins complexes qui ne sont pas habituellement regroupées. Comment mettre à la disposition des internautes ces ressources de manière intelligible? Quelle structure, quels protocoles, quelles métadonnées, quels outils devront être utilisés ou élaborés pour harmoniser ce foisonnement de données?

Nous nous demanderons dans cette présentation si la création/diffusion de patrimoines numériques ne constitue pas une suite naturelle aux activités des diffuseurs numériques de revues savantes; ces derniers ont en effet eu à se poser les mêmes questions de catalogage, de stockage, de distribution et de procédures d’échange pour développer leurs plateformes de diffusion. Nous ferons un tour d’horizon des enjeux de ce possible passage, nous essaierons de dégager des ressemblances et des divergences dans les approches, puis nous essaierons de voir si l’espace créé par ces mises en évidence est infranchissable ou si l’expérience acquise dans la mise en ligne de collection de revues savantes peut être récupérée pour d’autres mises en ligne.

Nous terminerons cette réflexion en parlant de la nécessaire complémentarité des collections de revues savantes et des autres collections, susceptibles de former les patrimoines numériques, et grâce à quelques exemples, nous montrerons le potentiel et la richesse de ces croisements.

14 h 00_rem_
Élias Rizkallah UQAM - Université du Québec à Montréal
L'OICSF : plus qu'une bibliothèque virtuelle
(Afficher le résumé)

Sur la base de plusieurs logiciels open source, l'équipe du centre d'études Desjardins (HEC) a développé un système d’information en ligne multilingue qui permet de gérer des documents, des données qualitatives et quantitatives d'institutions et leurs membres, soit l’Observatoire international des coopératives de services financiers (OICSF). Cette présentation de la plateforme de l'OICSF couvrira ses trois composantes principales (GS, BDI et BV), autant du côté administrateur que du côté utilisateur final.  D'abord, un survol de la gestion du système (GS), composante d'administration, servant à gérer les membres, les administrateurs, les types d’inscription, les niveaux d’accès et les entités (institutions, pays, personnes physiques). Ensuite sera abordée la banque de données sur les institutions (BDI), une BD à gestion dynamique de variables quantitatives et qualitatives sur les coopératives de services financiers (CSF). Enfin, un long développement sera réservé à la composante bibliothèque virtuelle (BV) qui comprend une collection de documents de littérature grise provenant des 32 CSF partenaires. La BV est un quasi-système intégré de gestion de bibliothèque (SIGB) virtuel comprenant un module d’acquisition (dépôt institutionnel), de gestion dynamique de la structure (du style FRBR) et de l'indexation (via Lucene) des données, de catalogage et de recherche d'information. Finalement seront discutées les possibilités d'adapter la plateforme à d'autres milieux de diffusion.

14 h 30_rem_
Pause
14 h 50 - 16 h 00
Aspects juridiques
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
14 h 50_rem_
Nicolas Vermeys Centre de recherche en droit public de l'Université de Montréal
Bibliothèques numériques : quel(s) cadre(s) juridique(s)?
(Afficher le résumé)

La numérisation et la mise à disposition d’œuvres par le biais de bibliothèques numériques a fait place à un certain nombre de questions juridiques pour lesquelles très peu de réponses claires ont, à ce jour, été fournies. Au premier rang de ces problématiques trônent certaines questions touchant au droit d’auteur. En effet, le droit d’auteur étant intimement lié à la notion d’exemplaire ou de copie, il va de soi que l’œuvre numérique vient créer certaines difficultés difficiles à contourner, malgré les diverses tentatives législatives visant à différencier l’œuvre de son support. La numérisation d’œuvres vient également redéfinir le rôle du bibliothécaire et sa responsabilité en tant que gestionnaire de contenus. Si ce dernier a toujours su bénéficier de protections contre les poursuites liées au contenu des œuvres disponibles sur ses rayons, de récentes positions doctrinales et jurisprudentielles laissent croire que ces exemptions ne seraient pas transposables en ligne vu l’existence de solutions technologiques permettant de détecter et d’éliminer les contenus illicites. Finalement, qu’en est-il des bibliothèques numériques à portée internationale? À quel droit devront-elles se plier et quelle est leur responsabilité lorsqu’une œuvre illicite dans un pays donné y est visualisée? Cette conférence sera l’occasion de tenter de trouver réponse à ces questions, ainsi qu’aux diverses autres problématiques juridiques associées à l’émergence des bibliothèques numériques.

15 h 35_rem_
Olivier Charbonneau Université Concordia
Réflexions sur le droit d'auteur
(Afficher le résumé)

Le droit d’auteur interdit ce que la technologie permet. Dans ce contexte, il est primordial de comprendre le fonctionnement du droit d’auteur dans l’établissement d’une bibliothèque numérique. Mais, en plus d’émuler les services des bibliothèques traditionnelles, les technologies de l’information et des communications offrent l’opportunité de repenser les fondements de nos institutions documentaires. Il devient donc nécessaire de se questionner sur la nature du droit d’auteur afin de comprendre les tensions qui émergent dans l’environnement numérique. Employant une typologie développée par Karim Benyekhlef, chercheur au Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal, les perspectives épistémologiques du droit d’auteur peuvent se classer en trois grands groupes de normes : pré-moderne, moderne et postmoderne. Chaque conceptualisation du droit d’auteur découle d’un contexte historique et juridique distinct. Il est primordial de comprendre ces différentes perspectives de la théorie du droit, puisqu’elles mènent à des conceptualisations différentes du droit d’auteur et éventuellement des bibliothèques numériques. Le droit d’auteur offre donc différents miroirs sur lesquels réfléchit l’image des bibliothèques numériques. L’objectif de cette présentation est d’explorer ces perspectives épistémologiques du droit d’auteur pour renseigner les pratiques professionnelles mais aussi les efforts de recherche en sciences de l’information.

Mercredi 9 Mai 2012

9 h 00 - 10 h 30
Collections patrimoniales I
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
9 h 00_rem_
Benoit Ferland Bibliothèque et archives nationales du Québec
Numérisation et diffusion du patrimoine documentaire de BAnQ : enjeux et défis
9 h 45_rem_
Daniel Velarde Canadiana
Collections numériques communautaires
(Afficher le résumé)

Nous présenterons la plateforme de diffusion de collections numériques permettant l’intégration de documents des communautés d’utilisateurs chez Canadiana. La démarche a  pour objectif de créer une plateforme libre d’accès où chacun peut ajouter, modifier, et améliorer du contenu patrimonial numérique ainsi que les métadonnées. De ce fait, la numérisation peut se poursuivre de manière autonome au sein de communautés, musées, archives, régions, et organisations de petite taille qui n’auraient pas autrement les moyens d’établir des bibliothèques numériques. Il s’agit d’aller au-delà de l’appel à la numérisation et de s’assurer d’abord que le patrimoine, une fois numérisé, soit géré et partagé par ses créateurs dans le cadre d’un dépôt numérique accessible et durable.  Des questions de formation, de gestion de systèmes informatiques et de sensibilisation seront abordées, ainsi que le rôle des chercheurs et des universités.

10 h 30_rem_
Pause
10 h 50 - 12 h 00
Aspects économiques
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
10 h 50_rem_
Stevan Harnad UQAM - Université du Québec à Montréal

La transition à l'accès libre par la voie verte

(Afficher le résumé)

L'accès libre (AL) c'est l'accès gratuit en ligne aux articles publiés dans les revues scientifiques à comité de lecture. L'AL maximise l'impact scientifique de la recherche (téléchargements, citations). L'auteur a deux moyens de mettre son article en AL. Il peut le publier dans une revue qui est en AL (« la voie dorée à l'AL ») ou il peut le publier dans n'importe quelle revue et puis l'auto-archiver dans son archive institutionnelle (« la voie verte à l'AL »). L'AL doré est prématuré aujourd'hui parce que les fonds pour le payer sont encore verrouillés dans les abonnements institutionnels qu'on ne peut pas annuler avant que les utilisateurs ne puissent y accéder d'une autre manière. C'est pour ça que l'AL vert doit venir en premier. Les universités et les bailleurs de fonds doivent rendre l'auto-archivage obligatoire. Dès que ça génère l'AL universel, les universités pourront annuler leurs abonnements. Les revues vont alors devoir minimiser leurs coûts en éliminant toute production sur papier et en ligne, confiant la fourniture d'accès ainsi que l'archivage aux archives institutionnelles et se convertir an AL doré. La seule fonction des revues sera alors la gestion du contrôle de qualité par les comités de lecture. Le prix modeste pour ce service essentiel sera payé par les universités à partir d'une petite fraction de leurs aubaines issues des abonnements annulés.

11 h 35_rem_
Émilie Paquin Érudit, Tanja Niemann Université de Montréal
Les modèles économiques de l’accès libre, réflexions à partir de l’expérience d’Érudit
(Afficher le résumé)

Il s’agira, dans cette communication, de réfléchir aux implications des différents modèles économiques de la diffusion en accès libre de documents scientifiques par les bibliothèques numériques. Un portrait des principales formules de financement des publications en accès libre sera dressé, qui nous permettra de revenir sur la philosophie sous-jacente au principe de la barrière mobile, mise en place au milieu des années 2000 par la plateforme Érudit et plusieurs autres structures de diffusion à vocation semblable. Nous nous demanderons si cette solution hybride, qui semblait présenter le double avantage de permettre un financement adéquat et indépendant de structures éditoriales souvent fragiles, sans limiter l’accès aux ressources diffusées au-delà de quelques années d’embargo, reste valide alors que des formules de type Freemium ou de type auteur payeur gagnent en importance et en popularité. Nous tenterons, ce faisant,  de cerner les principaux enjeux liés aux différents modèles économiques développés au cours des dernières années par les bibliothèques numériques d’ici et d’ailleurs, en gardant à l’esprit l’impact considérable des modèles économiques soutenant l’accès libre, non seulement sur la libre circulation des résultats de la recherche, mais aussi sur la recherche elle-même, sur les domaines qu’elle  défriche et sur l’indépendance avec laquelle elle est conduite.

12 h 00_rem_
Dîner
13 h 15 - 16 h 00
Utilisateurs et utilisation
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
13 h 15_rem_
Stephanie Pouchot Université de Lyon, Anne-Laurence Margérard école nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, Benoît Epron enssib

Projet Calliopê : usages des dispositifs numériques de lecture en bibliothèque spécialisée

(Afficher le résumé)

Contrairement à l’Amérique du Nord, la France accuse un retard certain en matière d’offre de livres électroniques en bibliothèques. Au-delà d’un effet de mode lié aux nouveaux dispositifs de lecture, prêter des ouvrages numériques répond aussi à un besoin en termes de contenus.

Le projet Calliopê vise à appréhender la réception d’une telle offre par les usagers (étudiants, personnels des bibliothèques, enseignants-chercheurs), tant au niveau des dispositifs prêtés que de leur adéquation à l’offre de contenus. Ainsi, en partenariat avec une bibliothèque spécialisée en sciences de l’information et suite à la création d’une étagère numérique, nous avons mené une expérimentation de prêts de dispositifs pour tenter de répondre aux questions suivantes : Quelle perception les usagers ont-ils de ce type d’offre? Comment s’approprient-ils les contenus? Existe-t-il des dispositifs privilégiés par type de contenu?

Des focus groups et l’utilisation d’un forum dédié nous ont permis d’identifier les freins et les avantages de la mise en place d’une offre numérique (support + contenu) par une bibliothèque spécialisée tant du point de vue de l’usager (micro) que de celui de la bibliothèque et de ses personnels (macro). A terme, il s’agit de définir ce que pourrait être une offre numérique pertinente pour une bibliothèque spécialisée et de proposer des préconisations opératoires concernant sa mise en place.

13 h 40_rem_
Audrey Laplante Université de Montréal
L’apport des études sur les comportements informationnels dans la conception de systèmes : le cas des bibliothèques numériques musicales
(Afficher le résumé)

On reproche souvent aux études sur les comportements informationnels, particulièrement aux études qualitatives, de ne pas être directement utiles pour la conception de systèmes comparativement aux études d’utilisabilité. Pourtant, parce qu’une approche qualitative permet d’étudier des situations réelles, selon la perspective de l’individu, ces études génèrent des données uniques et riches. Elles permettent notamment d’étudier la dynamique du processus de recherche (Fidel 1993) et de faire ressortir des stratégies de recherche pour lesquelles les systèmes actuels offrent peu de soutien. Dans cette présentation, nous ferons un tour d’horizon des études sur les comportements informationnels liés à la musique et de l’influence que ces études ont eu ou pourraient avoir sur la conception de bibliothèques numériques musicales.

14 h 05_rem_
Dany Bouchard Université de Montréal
L’analyse situationnelle : une perspective en termes d’arènes et de mondes sociaux
(Afficher le résumé)

Dans cette communication, nous présentons la théorie des arènes et des mondes sociaux ainsi que l’analyse situationnelle du discours (Clarke, 2005), un ensemble théorique et méthodologique (Theory/Methods Package) qui permet de rendre compte de ce processus complexe d’ingénierie symbolique (Bazerman, 2002). Nous discutons cette perspective sociotechnique et ses implications méthodologiques en nous appuyant sur les travaux réalisés dans le cadre de nos études doctorales où nous cherchons à comprendre l’émergence des dépôts institutionnels en libre accès comme nouvelle infrastructure d’information scientifique.

La conception de systèmes d’information documentaire adaptés à l’environnement institutionnel dans lequel ils s’actualisent nécessite un travail d’élaboration conceptuelle et symbolique important (Agre, 2003). Les études dans le domaine de la socio-informatique documentaire (Bishop, Van House, & Buttenfield, 2003) ont démontré comment, à travers le discours des institutions et des communautés, ce travail est inscrit dans les artefacts technologiques (Akrich, Callon, & Latour, 2006) et comment il en encadre à la fois les modes de fonctionnement et les usages (Flichy, 2008).

14 h 30_rem_
Pause
14 h 50_rem_
Fabienne Venant UQAM - Université du Québec à Montréal
Utilisation de bibliothèques de ressources numériques dans l’enseignement des mathématiques
(Afficher le résumé)

Dans cet exposé je présenterai différents types de ressources numériques utilisées par les enseignants de mathématiques du secondaire, dans les systèmes québécois et français. J'aborderai ensuite les questions que pose l'utilisation de ressources en ligne dans l'enseignement des mathématiques, questions nouvelles liées à la nature de la révolution technologique dont ces ressources sont issues. Comme le remarque J.B. Lagrange (2006), le développement de l'Internet s'accompagne non seulement d'une phase accrue d'innovation et de diffusion mais aussi d'une forte pression sociale et institutionnelle en faveur de l'utilisation des outils résultants. Artigue et Gueudet (2008) relèvent ainsi un fort décalage entre les réticences à l’intégration de logiciels dédiés aux mathématiques dans l’enseignement secondaire et la pénétration apparemment facile des ressources en ligne.

En m'appuyant sur les résultats d'une enquête récente que j'ai réalisée ainsi que sur les travaux actuels en didactiques des mathématiques, je tenterai de décrire les différents usages des ressources en ligne dans l'enseignement des mathématiques et les changements profonds qu'ils impliquent dans l’organisation et les structures de l’enseignement. Il s'agit aussi, face à la multiplication des ressources en ligne, de réfléchir non seulement à la façon de tirer parti de cette richesse pour l’enseignement des mathématiques mais aussi d'entamer une réflexion sur les rapports entre conception, usage et formation.



15 h 35_rem_
Samuel TIETSE Université de Bordeaux
Comportements informationnels des étudiants à l’ère des bibliothèques numériques : une analyse de cas effectuée dans les SCD - bibliothèques hybrides de l’Université de Tours
(Afficher le résumé)

Les SCD de l’Université de Tours sont des bibliothèques hybrides qui traversent une période agitée de mutations profondes liée à l’avènement du document numérique. L'enquête que nous avons menée auprès des étudiants inscrits dans les instituts, UFR,  facultés et écoles qui composent l’Université de Tours nous a permis d'analyser des attitudes, exigences et recommandations des étudiants dans leurs pratiques d’exploitation de la documentation électronique dont ils ont besoin pour leur formation ou leurs travaux de recherche : constitution de la bibliothèque électronique personnelle, fréquentation et utilisation des services de documentation en ligne, mode de repérage des sources d’information sur le web.

Notre étude s’est intéressée plus exactement aux pratiques d’accès, de recherche et d’utilisation de l’information électronique à finalité pédagogique. A partir du cadre théorique et méthodologique « orienté activité », nous avons formulé l’hypothèse que l’activité et la spécialité dans lesquelles s’inscrit l’étudiant influencent directement ses pratiques d’accès à l’information. Afin de démontrer ceci, nous avons lancé une enquête intitulée « Les rabelaisiens et l’usage du numérique » en nous servant d’un questionnaire élargi qui nous a permis d’interroger plus de mille étudiants. L’analyse des résultats obtenus a permis de mettre en évidence leurs propos et les pratiques informationnelles observées. Tout ceci n’a fait que conforter la première hypothèse que nous avons posée.

Jeudi 10 Mai 2012

10 h 50 - 12 h 20
Collections patrimoniales II
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
10 h 50_rem_
Loren Fantin Knowledge Ontario
Raconter nos histoires dans un monde numérique : développement d'outils et de portails de contenu culturel
12 h 20_rem_
Dîner
13 h 15 - 15 h 40
Aspects technologiques
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
13 h 15_rem_
Michel Gagnon École Polytechnique de Montréal

Application de technologies du web sémantique à l’extraction d’information dans les bibliothèques numériques

(Afficher le résumé)

Le Web sémantique est une extension du web actuel dans laquelle l'information est structurée de manière non ambiguë, ce qui la rend traitable par la machine. Plusieurs technologies ont été développées pour atteindre cet objectif. Nous verrons comment ces technologies peuvent être mises à profit pour enrichir les métadonnées des documents d'une bibliothèque numérique et les intégrer à ce nouveau "web de connaissances". Plus particulièrement, nous verrons comment des méthodes de traitement automatique de la langue peuvent être utilisées pour associer l'information contenue dans un document numérique à celle contenue dans le Web des données (Linked Data). Ce réseau contient plus de 3000 sources de données qui représentent plus de 30 milliards de triplets RDF (RDF est un modèle de données proposé par le consortium W3C pour représenter des relations entre des entités), couvrant divers domaines (musique, sciences, arts, médecine, etc.).

14 h 00_rem_
Luc Grondin Université de Montréal, Eliana de Mattos Pinto Coelho Université de Montréal, Lam Dang-Duy Université de Montréal
Construction d'une bibliothèque numérique : l'exemple d'Érudit, une bibliothèque aux fondations solides
(Afficher le résumé)

Cette présentation a pour objectifs d’exposer les différents choix technologiques à l’origine de la plateforme Érudit ainsi que l’importance du modèle de données XML Érudit Article, véritable épine dorsale structurant l’ensemble des processus entrant dans la création, l'organisation, l'exploitation et la diffusion des documents disponibles sur Érudit.

Aujourd’hui utilisé par des plateformes francophones aussi importantes que Cairn.info et Persée, le modèle de données Érudit Article est en effet au cœur de toutes les activités de développement et de diffusion de la plateforme Érudit. Il s’agira ainsi d’illustrer l’usage qui est fait par Érudit de ce modèle de données en présentant, tout d’abord, le fonctionnement de la chaîne de production Tournesol, un logiciel libre développé par le Centre d’expertise numérique pour la recherche de l’Université de Montréal, puis de Fedora Commons, le logiciel utilisé pour le stockage et l’organisation des données. L’utilisation de l’outil d’indexation de documents Solr sera ensuite décrite, ainsi que les possibilités de diffusion et d’accès aux collections qu’offre Érudit, cette infrastructure technologique complexe, conçue dans le but de favoriser l'exploitation et l’interopérabilité maximales des données produites et diffusées.

14 h 30_rem_
Pause
14 h 50_rem_
Martin Boucher Université de Montréal
L’intégration de la notion de contexte dans les systèmes de recherche d’information de nature exploratoire
(Afficher le résumé)

Les systèmes de recherche d’information des bibliothèques numériques actuelles sont basés à la fois sur le principe d’appariement entre documents et mots-clés ainsi que sur une définition statistique de la notion de pertinence. Or, ces systèmes ne tiennent généralement pas compte de la complexité des besoins informationnels de l’usager, ignorant ses stratégies de recherche faisant appel à l'apprentissage, l'acquisition de connaissances, l’interprétation ou même l’analyse. Ces stratégies, dépendantes de contextes multiples, qu’ils soient sociaux, culturels ou même temporels, sont au cœur de la recherche d’information de nature exploratoire.

Dans cette communication, nous présenterons d’abord un survol des recherches récentes sur les systèmes de recherche et d’exploration de l’information et comment ces recherches intègrent la notion de contexte, engageant ainsi l’usager-chercheur dans une démarche évolutive. Au passage, nous soulignerons le caractère multidisciplinaire inhérent de ces recherches. Ensuite, nous aborderons en particulier le potentiel des techniques de fouille de textes et des outils de visualisation de l’information comme supports au développement de systèmes de recherche et d’exploration de l’information. Enfin, nous proposerons des avenues de recherches prometteuses pour les bibliothèques numériques spécialisées, notamment pour les portails de revues savantes en sciences humaines et sociales.

15 h 15_rem_
Lyne Da Sylva Université de Montréal, Audrey Laplante Université de Montréal

Enjeux actuels du développement des bibliothèques numériques

(Afficher le résumé)

En guise de conclusion du colloque, les intervenantes présenteront une synthèse des présentations. Elles souligneront particulièrement quels semblent être les enjeux du développement des bibliothèques numériques, plus précisément en contexte francophone d'une part, et québécois d'autre part. L'objectif est de susciter des partenariats, des projets communs et ainsi de favoriser l'émergence d'un groupe d'expertise multidisciplinaire sur le sujet. La discussion sera ouverte à tous les participants au colloque.

15 h 45 - 16 h 00
Clôture
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 515B
15 h 45_rem_
Lyne Da Sylva Université de Montréal
Mot de clôture

Participez à la conversation

Cette section est parrainée par

Partenaire des activités scientifiques