Connexion utilisateur

80e du Congrès de l'Acfas

Colloque 467 - Santé mentale et citoyenneté. Construire de nouveaux savoirs pour innover les pratiques : la place et la participation des personnes concernées

Jeudi 10 mai de 09 h 00 à 18 h 00.
Responsable(s)
Lourdes Rodriguez del barrio Université de Montréal, Jean-Nicolas Ouellet Centre d'activités pour le maintien de l'équilibre
Description

L’évolution vers de nouvelles représentations des troubles mentaux et une conscience accrue des droits des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale posent de nouveaux défis sur le plan de la recherche, des politiques publiques, des services et des pratiques. L’Alliance de recherche internationale Santé mentale et citoyenneté (ARUCI-SMC) vise à créer de nouveaux espaces de participation à la recherche pour les personnes vivant avec des problèmes de santé mentale. Cette participation témoigne et approfondit le passage de l’identité restreinte et réductrice de patient, bénéficiaire, usager passif pris en charge par les services, à celle de citoyen responsable et critique exerçant ses droits, participant à son traitement et aux orientations du système de soins et vivant au cœur de la cité.

À travers la présentation de résultats de recherches, ce colloque vise à saisir les impacts de cette perspective sur la production du savoir scientifique et le renouvellement des pratiques.

Jeudi 10 Mai 2012

9 h 00 - 9 h 15
Présentation de la journée
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
9 h 00_rem_
Jean-Nicolas Ouellet Centre d'activités pour le maintien de l'équilibre, Lourdes Rodriguez del barrio Université de Montréal
Introduction
9 h 15 - 10 h 30
Construire de nouveaux savoirs pour innover les pratiques en santé mentale
Communications orales
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
9 h 15_rem_
Marie-Laurence Poirel Université de Montréal, Ellen Corin Université McGill, Lourdes Rodriguez del barrio Université de Montréal
Le savoir à l’épreuve de l’expérience dans l’intervention en santé mentale
(Afficher le résumé)

Dans le champ des pratiques en santé mentale, les références aux pratiques fondées sur les données probantes tendent à prendre une importance grandissante au Québec comme plus largement en Amérique du Nord. Au-delà des discours, on peut s’interroger sur la place et la portée réelles des pratiques fondées sur les données probantes dans l’intervention et par rapport aux repères sur lesquels s’appuient les cliniciens dans leur travail auprès de personnes touchées par des troubles mentaux importants.De manière plus circonscrite, notre communication propose de réfléchir à la nature des repères sur lesquels des intervenants qui travaillent avec des personnes vivant des troubles mentaux importants s’appuient et sur le type de savoir qui guide leur travail face à des situations souvent complexes et incertaines.Dans cette perspective, cette communication mobilise les résultats d’une recherche qualitative poursuivie au Québec dans des ressources alternatives de traitement en santé mentale où des entrevues ont été réalisées avec vingt-cinq intervenants, psychologues, psychanalystes et intervenants psychosociaux.Ces derniers ont été interrogés sur le sens, les défis et les conditions de possibilité de leur pratique auprès de personnes qui font l’expérience de troubles souvent déroutants et qui sont confrontées à d’immenses souffrances psychiques et relationnelles.Les résultats de la recherche seront présentés et une discussion sur les enjeux plus larges qu’ils soulèvent sera esquissée.



9 h 35_rem_
Lise Demailly Université Lille

Travail de disponibilité et de mobilité dans le service public de santé mentale en France : nouveaux savoirs professionnels et conséquences sur la place des usagers

9 h 55_rem_
Paul Morin Université de Sherbrooke

L'approche par les capabilités et son apport théorique et pratique dans le champ de la santé mentale

(Afficher le résumé)

Le pouvoir d'être et de faire des personnes usagères comme par exemple l'établissement de liens effectifs entre la participation citoyenne et l'inclusion sociale sont mis en valeur par l'approche par les capabilités. Nous démontrerons l'apport théorique de cette approche ainsi que ses applications théoriques et pratiques dans le champ de la santé mentale.



10 h 15_rem_
Période de questions
10 h 30_rem_
Pause
10 h 45 - 11 h 45
Les pratiques fondées sur les expériences des personnes qui entendent des voix
Communications orales
Présidence/animation : Marie-Laurence Poirel Université de Montréal
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
10 h 45_rem_
Myreille St-onge Université Laval
Comment témoigner de l’expérience d’entendre des voix?
(Afficher le résumé)

Lorsque les personnes qui entendent des voix sont interrogées sur leur expérience, parfois elles sont contrecarrées par des voix qui leur ordonnent de ne pas parler de sujets en profondeur  avec la personne qui les interroge, ou craignent les représailles. Comment comprendre le discours de ces personnes dans ce contexte? Comment appréhender ce phénomène, tout en étant sensible à leur réalité? Cette présentation sera orientée autour de ces questionnements en vue de mieux cerner l’expérience d’entendre des voix, les difficultés que les personnes ont d’en parler et d’amorcer une réflexion avec l’auditoire sur la façon d’analyser le discours de ces personnes en vue de mieux les comprendre.



11 h 05_rem_
Gaëtan Legault Le Traversier - ROBSM

Entendeurs de voix : l'expérience d'un groupe d'entraide

11 h 25_rem_
Brigitte Soucy Le Pavois

Les « entendeurs de voix » : les défis de l'Implantation dans divers contextes

11 h 45 - 12 h 15
Défis et obstacles à l'implantation des pratiques fondées sur les expériences des personnes qui entendent des voix
Panel
Présidence/animation : Sylvain d'Auteuil Alliance recherche innovation sociale & développement des communautés
Participant(s): Gaëtan Legault Le Traversier - ROBSM, Jean-Nicolas Ouellet Centre d'activités pour le maintien de l'équilibre, Annie Pavois Prise II, Brigitte Soucy Le Pavois
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
13 h 00 - 14 h 00
Les pratiques fondées sur les expériences des personnes qui ont recours au traitement psychopharmacologique
Communications orales
Présidence/animation : Raymond Beaunoyer Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
13 h 00_rem_
Lourdes Rodriguez del barrio Université de Montréal
Impacts, défis et obstacles pour le développement des pratiques GAM
13 h 20_rem_
Céline Cyr Université de Montréal

Vue intérieure de la médication en santé mentale : l'expérience des personnes au gré d'un parcours de gestion autonome des médicaments de l'âme

(Afficher le résumé)

Cette présentation contribue à une vision émergente, la reconnaissance et l'exploration de la perspective et des pratiques des usagers en lien avec la consommation de médicaments psychotropes. L'impact de la médication chez les personnes est global, et les effets se font ressentir au niveau du corps, de l'esprit et des liens sociaux. C'est à partir de ressources alternatives en santé mentale qui ont adopté la GAM*, que les personnes cheminant avec une médication sont interpellées. L'expérience GAM favorise le développement de connaissances et de pratiques d'intervention qui abordent les versants "intérieurs" de la médication, et cette caractéristique en fait un terreau fertile pour traduire l'expérience subjective. Les résultats de l'étude seront présentés.



13 h 40_rem_
Thais Mikie de Carvalho Otanari Université de Montréal

Le développement de la GAM au Brésil et ses effets dans la formation de professionnelles et professionnels en santé mentale

(Afficher le résumé)

Cette présentation  porte sur le développement de la GAM au Brésil et plus spécifiquement sur  les effets de la participation de personnes ayant vécu des problèmes en santé mentale à la formation de résidents. L’étude a examiné deux groupes différents : un groupe formé par des médecins issus du Programme de résidence en psychiatrie et un autre groupe formé par un infirmier et un ergothérapeute issu du Programme de résidence multiprofessionnelle en Santé mentale. L’objectif est d’analyser l’impact d’une expérience où les étudiants en formation en santé mentale entrent en contact avec une situation où la parole de l’usager devient le centre de l’intervention et d’évaluer ses répercussions sur le plan de la production de connaissances en santé mentale.



14 h 00 - 14 h 30
Défis et obstacle à l'implantation de la GAM
Panel
Présidence/animation : Paul Morin Université de Sherbrooke
Participant(s): Raymond Beaunoyer Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec, Lise-Anne Ross Prise II, Sabrina Stefanello Universidade Estadual de Campinas
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
14 h 30_rem_
Pause
14 h 45 - 16 h 15
Savoirs pour la transformation du réseau des services publics en santé mentale : la participation
Communications orales
Présidence/animation : Sylvain d'Auteuil Alliance recherche innovation sociale & développement des communautés
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
14 h 45_rem_
Michèle Clément Centre de santé et des services sociaux de la Vieille-Capitale

La participation citoyenne en santé mentale : quelques enjeux autour de la légitimité et de la représentativité des personnes utilisatrices

(Afficher le résumé)

Cette présentation s’appuie sur une série de travaux réalisés dans les dernières années sur la participation des personnes utilisatrices aux instances de planification et d’organisation des services en santé mentale. Après un bref bilan de la réponse des personnes utilisatrices  à l’appel à la participation qui leur fut lancé par le Plan d’action en santé mentale 2005-2010 : la force des liens, nous discuterons de quelques-uns des grands enjeux qui se posent actuellement pour ces personnes. On pense ici, plus spécifiquement, aux enjeux liés à la légitimité et à la représentativité de leur parole. 
Chercheurs: M. CLÉMENT, J. GAGNÉ, L. RODRIGUEZ, Y. LECOMPTE et C. VALLÉE et A. LÉVESQUE ; Avec la collaboration de D. BLAIS,  S. CARON, S. ROBB, P.TURCOTTE. 




15 h 05_rem_
Jean Gagné TÉLUQ - Université du Québec, Michèle Clément Centre de santé et des services sociaux de la Vieille-Capitale, Yves LECOMTE

Des voix et des savoirs inégaux? Un cas de participation de personnes utilisatrices au réseau local des services de santé mentale au Québec

(Afficher le résumé)

Notre communication portera sur l’étude d’un cas particulier de participation des personnes utilisatrices à l’implantation locale du Plan d‘action en santé mentale du Québec, 2005-2010 (PASM). Cette présentation s’appuiera sur l’analyse d’une dizaine d'entrevues semi-dirigées de gestionnaires, praticiens et de personnes utilisatrices ayant participé à un dispositif crée à cette fin, le comité «aviseur» en santé mentale adulte du Centre des services sociaux et de santé (CSSS) Jeanne-Mance de Montréal. Comme tous les CSSS du Québec, celui-ci  fut chargé par le ministère de la Santé et des Services sociaux d’assurer la coordination d’un réseau local des services. En vue d’exercer adéquatement cette responsabilité il a créé un comité conseil multipartite en santé mentale. Il était formé de représentants des établissements et organismes communautaires concernés par cette question sur son territoire avec en plus deux représentantes des personnes en fréquentant les services. Nos entretiens cherchaient à explorer comment chacun avait perçu la portée, la pertinence et les effets de la voix et des savoirs des personnes utilisatrices dans les délibérations de ce comité et avec ultimement quels impacts sur les décisions de l’établissement. Nous repèrerons à cette fin les représentations sociales et les savoirs, les valeurs et les intérêts exprimés par les répondants ou ce qu’ils en ont perçus chez les autres.



15 h 25_rem_
Paula Brum schäppi UQAM - Université du Québec à Montréal

Le mouvement des usagers et la réforme psychiatrique brésilienne : devenir protagoniste?

(Afficher le résumé)

Bien que la participation des usagers aux instances d’organisation de services en santé mentale permet la reconnaissance de leur statut de citoyens à part entière, cet élargissement démocratique notamment prôné par l’OMS implique plusieurs enjeux, dont celui d'être constitué en injonction politique progressiste.

La plupart des études portant sur la participation des usagers l'abordent soit sur le plan de l’évaluation et de l’organisation des services publics, soit en lien à leur propre plan de traitement. Toutefois, la participation se fonde sur une action collective et conséquemment des mouvements d’usagers émergent ou se consolident dans plusieurs pays.  Au Brésil, le mouvement des usagers participe à une lutte – la lutte « anti-asilaire » – jouant un rôle fondamental dans la réforme psychiatrique en cours.

Nous proposons une discussion sur les enjeux entourant la participation des personnes vivant avec des problèmes de santé mentale dans le contexte d'une lutte pour la transformation des services et des rapports sociaux à la folie dans le Brésil contemporain.

Penser l’organisation des usagers et leur participation au jeu démocratique en tant que mouvement singulier, permet de poser la question du rôle joué par les personnes concernées dans la transformation des services en termes de lutte sociale et politique. 



15 h 45_rem_
Discussion
16 h 15_rem_
Pause
16 h 30 - 18 h 00
La place et la participation des personnes concernées : qu'est-ce que ça change?
Panel
Présidence/animation : Lourdes Rodriguez del barrio Université de Montréal
Participant(s): Michèle Clément Centre de santé et des services sociaux de la Vieille-Capitale, Sylvain d'Auteuil Alliance recherche innovation sociale & développement des communautés, Jean Gagné TÉLUQ - Université du Québec, Paul Morin Université de Sherbrooke, Jean-Nicolas Ouellet Centre d'activités pour le maintien de l'équilibre, Marie-Laurence Poirel Université de Montréal, Myreille St-onge Université Laval
Bâtiment – Local : Palais des congrès – 516E
18 h 00_rem_
Mot de clôture

Participez à la conversation

Partenaire des activités scientifiques