421 - Les affects numériques : production, circulation et marchandisation

Section 400 - Sciences sociales

  • Jeudi 10 mai 2018


Responsables
  • Camille Alloing - Université de Poitiers - France
  • Julien PIERRE - Audencia Business School

Ce colloque souhaite discuter et mettre en perspective le tournant affectif et émotionnel du Web, et plus largement de l'économie du numérique.  En quoi les dispositifs numériques permettent-ils réellement de produire et faire circuler des affects ou des émotions ? Comment les organisations s’insèrent-elles dans ce Web affectif ? Quelle éthique de la “donnée affective” ?

Appel à communications

Les affects numériques recouvrent l’ensemble des énonciations émotionnelles circulant sur/via le Web et dans/par les appareils connectés. Ces énonciations peuvent être soit la trace que leur auteur a été affecté par un phénomène, soit la potentialité qu’il affecte un autre. L’affectivité désigne ainsi la capacité à moduler la « puissance d’agir » des individus, notamment sur les réseaux (Paasonen, 2016). Il peut s’agir, sans exclusive, de posts, tweets, messages, d’opinions, de récits d’expérience partagés, de publicités en ligne, titres de presse, indicateurs chiffrés, de textes, avec ou sans émoticônes, images, photos, selfies, mots-dièses, etc.

Les plateformes éditoriales du Web affectif (Alloing & Pierre, 2017) tendent à faciliter la production de telles énonciations via des fonctionnalités spécifiques, comme les filtres photographiques, les stickers, les sets d'émoticônes ou les boutons Facebook Reactions. Les affects ainsi exprimés, encodés et parfois calculés sont mis en circulation à travers des architectures informationnelles et des modèles organisationnels. Ils circulent entre matériels et logiciels, entre professionnels (tel les community managers), interfaces numériques, corps et connaissances, ainsi qu’entre des espaces variés. Il est possible alors d’identifier des stratégies affectives de la part des acteurs économiques qui s’entrecroisent avec les lignes d’action individuelles (Ingold, 2011).

Propositions

Les propositions de communication s’intéresseront aux différentes modalités de production, circulation et marchandisation des affects numériques. Plusieurs axes et questionnements sont proposés, sans restriction :

- Exploration de l’affectivité des publics : quelles sont les conduites individuelles ? Que permettent-elles, quels sont les effets sur la prise de parole et l’engagement, sur les sociabilités ou l’expérience vécue, sur la consommation ?

- Analyse des stratégies affectives d’acteurs économiques : quelles fonctionnalités mettent en œuvre les plateformes pour affecter leurs audiences ? Quels discours viennent escorter la mise sur le marché de ces nouvelles fonctionnalités ?

- Enquête sur les pratiques professionnelles: quels leviers sont mis en œuvre pour affecter les publics ? Peut-on parler d’un travail émotionnel ou affectif spécifique chez  les communicateurs ?

 

Formats attendus

Avant le jeudi 08 février 2018 envoyer à alloingcamille@gmail.com et julienpierre@audencia.com une proposition de 5000 caractères maximum, comprenant : Les noms, institutions et adresses e-mail des paticipant.e.s ; un titre ; un résumé de la contribution proposée comprenant la mise en avant de la problématique, des méthodes, du/des terrain(s) ainsi que des principaux résultats ; une courte bibliographie indicative.

Agenda

- 08 février : retour des propositions et envoi au comité scientifique

- 23 février : retour des évaluations aux auteur.e.s

- 5 mars : dernier jour pour s’inscrire au congrès de l’ACFAS

- 16 avril : envoi des communications définitives

Télécharger le pdf de l'appel à communications