412 - Tisser des liens : perspectives interdisciplinaires sur le travail relationnel

Section 400 - Sciences sociales

  • Mercredi 9 mai 2018


Responsables
  • Isabelle COURCY - UQAM - Université du Québec à Montréal
  • Luc Farinas - Centre InterActions, CIUSSS-NIM

Ce colloque porte sur le travail relationnel à partir de différentes disciplines, recherches empiriques et expériences terrains. Afin d’éclairer sa nature complexe et processuelle, seront abordés 1) ses multiples formes (ex. relation d’aide, care, travail réseau), 2) ses répertoires de moyens (ex. stratégies, ressources, normes) et ses configurations (ex. réseaux, collaboration, partenariat).

Appel à communications

La notion de travail relationnel traverse les frontières des champs disciplinaires. Elle révèle les interactions humaines et sociales comme accomplissement actif entre des acteurs sociaux. Dans le monde des pratiques professionnelles (ex. santé, services sociaux, éducation), le travail relationnel est un élément constitutif de la relation d’aide comme des interventions à plus grande échelle et des pratiques de gestion. Il fonde les dynamiques du travail en réseau auxquels ces divers praticiens peuvent participer. Également au cœur des interactions plus intimes de nature familiale ou amicale, il repose sur des réseaux informels et se réalise dans le « travail de care » ou le « travail domestique de santé ». Un des traits importants de ce travail est son invisibilité relative. De plus, ses aspects émotionnels rendent difficile sa mesure et sa rationalisation par les outils de l’économie conventionnelle. Son analyse, souvent compartimentée dans ses dimensions « formelles » ou « informelles », ne permet pas de bien saisir l’articulation de celles-ci et la multiplicité des liens entre les différents acteurs impliqués (ex. individus, familles, organisations, collectivité). L'appel à communications ci-joint précise cette problématique.

Ce colloque vise à développer un dialogue interdisciplinaire autour de la notion de travail relationnel et sollicite des contributions pouvant porter sur :

1. Les multiples formes du travail relationnel (ex. relation d'aide, « travail réseau »). Le travail relationnel se décline sous différentes facettes misant fréquemment sur un aspect particulier (ex. la qualité de la relation avec le care). Il importe de recenser ses manifestations diverses afin de voir ce qui les relie et les sépare.

2. Ses répertoires de moyens (ex. stratégies relationnelles, ressources ou normes). L’accomplissement du travail relationnel repose sur des répertoires de moyens à la disposition des acteurs, notamment liés à leurs positions sociales et à leur participation à divers mondes sociaux. Ces répertoires marquent la compétence de ces acteurs.

3. Ses configurations (ex. réseaux, collaboration, partenariat). Se réalisant tant dans la sphère privée que publique, le travail relationnel permet des agencements d’acteurs qui traversent également ces frontières. La production des réseaux, de la collaboration, des partenariats vise à composer tant avec des troubles individuels que des problèmes sociétaux. Ces agencements se concrétisent tant lors des activités quotidiennes ou que lors des participations aux structures de concertation. Le travail relationnel interroge alors les frontières entre les individus, les professions, les organisations et les secteurs d’activité.

Ce colloque aura lieu le 9 mai 2018. Nous vous invitons à envoyer votre proposition de communication de 2 500 à 3 000 caractères (espaces compris)  au plus tard le 15 février 2018 à Luc Farinas(luc.farinas.cnmtl@ssss.gouv.qc.ca) et Isabelle Courcy (courcy.isabelle@uqam.ca).

Télécharger le pdf de l'appel à communications