116 - L’engagement des patients et des acteurs clés dans la recherche sur le VIH : méthodes et retombées

Section 100 - Sciences de la santé

  • Jeudi 11 mai 2017


Responsables
  • David Lessard - Université McGill
  • Bertrand Lebouche - Université McGill
  • Serge Vicente - UdeM - Université de Montréal
  • Isabelle TOUPIN - Université McGill
  • Kim Engler - Université McGill

L’engagement des acteurs-clés (patients, cliniciens, gestionnaires) a marqué l’histoire du VIH et est aujourd’hui présenté comme un outil de développement de connaissances et de soins plus centrés sur le patient. Ce colloque fournira un espace de réflexion ancré dans l’expérience des présentateurs sur les méthodes et retombées d’initiatives d’engagement d’acteurs-clés dans la recherche sur le VIH.

Appel à communications

L’engagement des acteurs-clés de la recherche sur le VIH a marqué l’histoire du VIH. Cette dernière est notamment marquée par la mobilisation des communautés affectées pour une plus grande prise en compte de leurs intérêts dans la recherche clinique. Autrefois un leitmotiv des communautés vulnérables, l’engagement de patients et d’acteurs-clés en recherche (cliniciens, professionnels de santé, preneurs de décision, gestionnaires) bénéficie actuellement d’une volonté institutionnelle et politique substantielle. La création des programmes de recherche axée sur le patient des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ou les activités du Réseau-1 Québec en témoignent, en plus d’être supportée par des textes scientifiques et normatifs discutant de ses apports à la recherche. Ces textes présentent l’engagement comme un outil crucial pour la démocratisation de la recherche et le développement de connaissances et de soins plus centrés sur le patient. Il convient donc d’entretenir la discussion sur les méthodes et retombées d’initiatives d’engagement d’acteurs-clés, en particulier des patients, dans la recherche sur le VIH.

L’engagement peut se faire pour différentes raisons, répondre à divers objectifs et se réaliser selon des méthodes distinctes; il s’agit d’un terrain fertile pour l’émergence de devis novateurs et de nouvelles alliances, se soldant par des résultats à la fois positifs et négatifs. L’engagement désigne toutefois un ensemble de pratiques diverses pour lesquelles il existe, pour l’instant, peu de standards établis, tant dans la définition des méthodes que dans celle des résultats. Il convient d’ouvrir un espace de réflexion sur les implications réelles de projets d’engagement de patients et d’acteurs-clés, en mettant l’emphase sur les ressources mobilisées par ces projets, les forces et limites des méthodes d’engagement préconisées et les retombées escomptés et réellement générés.

Cette réflexion sera multidisciplinaire et ancrée dans l’expérience des présentateurs. Nous inclurons des personnes ayant été impliquées dans des projets (patients ou acteurs-clés, chercheurs, etc.). Nous sommes ouverts à des présentations de projets terminés ou en cours discutant d’une pratique réelle et substantielle d’engagement, présentant une valeur scientifique ou expérientielle, et démontrant une forme de pensée critique, réflexive ou constructive sur le rôle de l’engagement dans la recherche.

Les propositions de communications, d’un maximum de 300 mots, et les notices biographiques (affiliations institutionnelles ou universitaire, cycle d’étude (s’il y a lieu), réalisations) devront être envoyées au plus tard le 10 février 2017 à : david.lessard2@mail.mcgill.ca. Les communications seront d’une durée de 15 minutes et seront suivies d’une période de questions et d’échanges.

Télécharger le pdf de l'appel à communications